Le nouveau tour de table de la Bourse de Casablanca

Répartition équilibrée des pouvoirs entre les actionnaires.

Le projet d’ouverture du capital de la Bourse de Casablanca se concrétise. Un mémorandum d’entente a été signé, le 25 novembre, par l’Etat, le CDVM, les sociétés de bourse et les futurs actionnaires de la Bourse des valeurs. Cet accord fixe un certain nombre d’orientations stratégiques relatives essentiellement à l’actionnariat cible et à la composition du conseil d’administration. Alors que les sociétés de bourse détiennent, selon la configuration actuelle, la totalité du capital de la bourse, leur part sera ramenée à 20%. Les banques, elles, détiendront 39% du capital et la CDG en aura 25% dans un premier temps avant de céder 20% à un partenaire étranger. De leur côté, les compagnies d’assurance vont prendre une participation de 11%. Enfin, Casablanca Finance City Authority aura 5% du capital.

Le mémorandum prévoit une répartition équilibrée des pouvoirs entre les différentes catégories d’actionnaires. Ainsi, 3 sièges seront accordés aux trois principales banques, à savoir Attijariwafa bank, la BCP et BMCE Bank of Africa, 1 siège aux autres banques commerciales, 2 aux sociétés de bourse indépendantes, 2 autres à la CDG, 1aux compagnies d’assurance, 1 à CFCA et 2 à des administrateurs indépendants. Le CDVM devrait d’ici le 15 décembre finaliser la valorisation de la société gestionnaire de la bourse. Le 31 décembre, une assemblée générale extraordinaire sera tenue en vue de décider les augmentations de capital réservées à la CDG et CFCA et l’harmonisation des statuts avec les dispositions du pacte d’actionnaires.