Le marché s’apprête à  accueillir son premier opérateur touristique

Une introduction à  prix ouvert par augmentation de capital d’un maximum de 250 MDH.
L’opération servira à  financer une partie du programme
d’investissement de la société qui s’élève à  1,7
milliard de dirhams.
La période de souscription s’étale du 24 au 28 avril courant.
Le prix de l’action sera compris entre 210 et 240 DH.

Le secteur touristique sera enfin représenté à  la Bourse de Casablanca. Risma, la société d’investissement en hôtellerie d’Accor Maroc, fera son entrée en Bourse le 15 mai prochain par augmentation de capital. S’il reste près d’un mois pour la première cotation de la société, la période de souscription, elle, débute le 24 et prend fin le 28 avril courant.

Avant de parler de l’opération, il est important de rappeler l’objectif qui est derrière une telle décision stratégique. Cette augmentation de capital, d’un montant maximum de 250 millions de dirhams, s’inscrit dans le cadre du financement d’un programme d’investissement qui prévoit l’ouverture de 14 nouveaux hôtels sur une période de 4 ans (2006-2009). Ce programme ambitieux nécessite, selon la société, 1,7 milliard de dirhams. Il restera donc après l’opération près de 1,5 milliard à  financer, notamment par voie d’endettement et d’autofinancement.

Parallèlement, les objectifs recherchés par Risma sont d’accroà®tre les exigences en matière de transparence et de performance, de développer la notoriété de la société et des marques qu’elle exploite, d’associer les salariés au capital et d’assurer une liquidité aux actionnaires.

C’est dans cette optique que Risma a lancé son OPO (Offre à  prix ouvert), pour un nombre d’actions à  émettre de 1 041 666, d’une valeur nominale de 100 dirhams, et d’un prix offert compris entre 210 et 240 dirhams.

L’offre est structurée en trois types d’ordres. Le premier concerne les salariés du groupe (société, filiales et participations), à  hauteur de 2,5% de l’offre. Lesquels salariés bénéficieront d’une décote de 10%, à  condition de conserver les titres pendant trois ans. Le deuxième est réservé aux personnes physiques et morales exprimant des ordres inférieurs ou égaux à  1 million de dirhams, avec une part dans l’offre de 58,5%, et le troisième pour ceux exprimant des ordres supérieurs à  un million, pour un nombre d’actions offertes équivalent à  39% de l’offre.

La fourchette de prix proposée dans cette opération est basée sur une combinaison de trois méthodes, à  savoir l’actualisation des cash-flows futurs (DCF), la somme des parts, et l’observation du cours des ORA (Obligations remboursables en actions) de Risma.

La première méthode a fait l’objet de l’élaboration de deux business-plans prévisionnels portant sur une durée de dix ans, avec des hypothèses variées de croissance de l’activité, pour mieux apprécier la sensibilité de la valorisation à  certaines caractéristiques propres au secteur. La deuxième a consisté en une valorisation, avec des méthodes distinctes, de plusieurs parties de l’actif de Risma, selon des critères établis (multiple d’EBE, multiple de transaction).

Le prix final de l’action Risma sera déterminé à  l’issue de la centralisation des ordres portant sur des montants supérieurs à  un million de dirhams (type 3), à  travers la confrontation de l’offre des actions et des demandes des investisseurs. Il sera annoncé le jeudi 4 mai à  la Bourse de Casablanca.

  Carte de visite
Risma : le gestionnaire des enseignes d’Accor Maroc

Risma est un fonds d’investissement en hôtellerie détenu majoritairement par Accor Maroc. Le fonds, qui gère les enseignes Sofitel, Novotel, Mercure et Ibis, est devenu le premier propriétaire et exploitant hôtelier marocain, avec un parc de 20 hôtels répartis entre les catégories 3, 4 et 5 étoiles.

En 2005, la société a réalisé un chiffre d’affaires de 632 MDH, en hausse de 32% par rapport à 2004, et un excédent brut d’exploitation de 126 MDH, en progression de 43% en un an. Le nombre de chambres hors sorties du périmètre est passé à près de 2 770 au lieu de 2 417 en 2004. Mais il y a lieu de noter que Risma était jusqu’en 2004 en situation déficitaire. Son résultat net était de -32 MDH, et ce à cause du poids des dotations aux amortissements et aux frais financiers. En 2005, Risma a pu dégager un résultat positif de 0,70 MDH. Sa rentabilité s’améliore d’année en année, d’autant plus qu’elle réalise en parallèle d’importants investissements dont les fruits ne manqueront pas de tomber dans l’avenir. Notons que le fonds a investi 224 MDH en 2005, et compte accélérer le rythme pour arriver à son objectif de près de 5 000 chambres en 2009.