Lafarge ciments : le titre offre un potentiel de croissance en Bourse de 9%

Lafarge Ciments affiche l’une des meilleures performances boursières réalisées depuis le début de l’année. Son cours a progressé de plus de 38% par rapport à fin 2009 pour atteindre 1 960 DH au 31 mai 2010. Malgré cette forte croissance, le titre du cimentier offre toujours un potentiel de hausse intéressant. Le prix théorique de l’action Lafarge est estimé à 2 135 DH par les analystes de BMCE Capital Bourse, ce qui présente un potentiel de croissance de 9% par rapport au cours du 31 mai.

Cette valorisation tient compte des perspectives et des investissements itiniés par la société. Constatant une légère reprise des ventes durant le second semestre 2009 et compte tenu des travaux d’infrastructures engagés et des nouvelles mesures incitatives au profit des logements sociaux, son top management prévoit une nouvelle croissance du marché. D’ailleurs, les ventes de ciment ont progressé de 1,65% durant les quatre premiers mois de 2010 par rapport à la même période en 2009.

Dans ce contexte, et après le démarrage réussi de la deuxième ligne de Tétouan, Lafarge a  ré-examiné son plan de développement et a décidé de reprendre son programme d’investissements à travers le lancement dans les meilleurs délais de la construction d’une nouvelle cimenterie dans la région du Souss. En outre, la société compte poursuivre l’installation ou l’acquisition de centrales à béton prêt à l’emploi afin de maîtriser un canal de distribution appelé à se développer au Maroc. En parallèle, Lafarge Ciments devrait continuer à axer ses efforts en termes de maîtrise des charges opérationnelles, à travers notamment le recours massif aux énergies alternatives, fer de lance pour l’amélioration continue des marges.

Compte tenu de ces éléments, les analystes de BMCE Capital Bourse prévoient, à court terme, la réalisation par Lafarge d’un chiffre d’affaires consolidé de 5,7 milliards de DH en 2010 (+4,8% par rapport à 2009), et ce, sur la base d’une évolution de 5% des volumes et d’une stagnation des prix de vente. Le résultat net part du groupe devrait pour sa part s’établir à plus de 2 milliards de DH, en hausse de 12,6% par rapport à 2009. En 2011, les revenus devraient se monter à 6,13 milliards de DH (+7,5%), pour un bénéfice part du groupe de 2,26 milliards (+8,1%).
Rappelons qu’en 2009, Lafarge est parvenu à dépasser le ralentissement de son activité, causé principalement par les intempéries, en réalisant des ventes en hausse de 4,2% contre une croissance sectorielle de 3,36%. Dans ce sillage, et capitalisant sur le relèvement des prix du ciment, son chiffre d’affaires s’est apprécié de 10,7%, à 5,4 milliards de DH. Et grâce aux réductions de coûts, à l’amélioration des performances industrielles et au recours aux énergies renouvelables, le résultat d’exploitation s’est bonifié de 19,3%, à 2,7 milliards de DH, et son bénéfice net de 10,3%, à 1,85 milliards.