La valeur de la semaine

ATTIJARIWAFA BANK : Beaucoup de promesses autour du développement africain
Par les temps qui courent, il ne fait pas bon être coté sur la place Casablancaise, surtout parmi les bancaires.Ces dernières valeurs ne sont pas les plus épargnées par le marché… à moins de présenter de sérieux atouts. Justement, celui mis en avant par Attijariwafa Bank (AWB) est l’internationalisation, sur le continent africain. C’est que, déjà en 2005, la banque marocaine prend un tournant décisif en lorgnant ses voisins africains.Ayant fait ses preuves sur le marché local, qui d’ailleurs devenait de plus en plus conccurentiel, le groupe bancaire identifiait dans son environnement continental immédiat des relais à sa croissance.Après 3 ans et des implantations dans 7 pays du Maghreb, de l’Afrique centrale et de l’Ouest, les analystes d’Attijari Intermédiation dressent le bilan de cette stratégie.
C’est d’abord une prise de participation majoritaire enTunisie, au Sénégal et au Mali qui propulse AWB au rang de premier opérateur bancaire de la région UMEAO (Union monéraire et économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest). Un préalable au dernier grand coup de la banque, à savoir l’acquisition de 5 filiales africaines détenues par le Crédit agricole France. Une transaction qui permet à la banque marocaine de prendre une avance de 4 ans sur son plan de développement 2012,mais surtout de mettre un pied à la fois au Cameroun, au Gabon, en côte d’Ivoire et au Congo. En chiffres, sachant que l’intégration des 5 filiales africaines n’interviendra qu’au second semestre 2009 (après l’obtention de l’aval des autorités compétentes), le groupe AWB prévoit pour les nouveaux entrants une contribution de 1,3 milliard de DH au PNB consolidé du groupe au titre de 2009 et 2010 (hors plus-values sur cessions liées à la transaction). Plus globalement, l’activité banque de développement à l’international devrait contribuer dans le PNB consolidé du groupe à hauteur de 27% en 2008.
Néanmoins, ces perspectives ont beau être prometteuses, elles n’ont pas immunisé le titre AWB contre une fluctuation prononcée ces dernières semaines.Du 20 novembre au 22 décembre, il varie en dents de scie, nettement en dessous de ses niveaux habituels, mais marque quand même, sur la période, une progression de 6,5%. Touchant le fond le 4 décembre 2008, à 247,35 DH, il se sera relativement repris depuis, à 275 DH le 22 décembre dernier.