La valeur continue d’être sanctionnée par le marché

A la grande satisfaction des défenseurs de l’analyse fondamentale et au dam du management du promoteur immobilier coté, Addoha, l’action en Bourse du groupe réagit  conformément à ses réalisations semestrielles.
Du 28 septembre au 27 octobre, le titre du promoteur a baissé de 8,78%, passant de 131 DH à 119,5 DH. Cette baisse est rattachée par les observateurs à la réaction des investisseurs face aux résultats semestriels moyens du groupe. Addoha a pourtant réalisé un chiffre d’affaires consolidé à fin juin 2009 de 2,7 milliards de DH, en accroissement de 107% par rapport au 1er semestre 2008. Un bond résultant essentiellement des logements économiques et de moyen standing livrés aux acquéreurs durant ce 1er semestre. De son côté, le résultat d’exploitation affiche une progression de 34%, à 650,2 MDH. Ce qui, au final, a porté le résultat net part du groupe à 548,2 MDH, en augmentation de 72%.

Mais le verdict des analystes reste sans appel : peut mieux faire. Les attentes du marché tablaient en effet sur un résultat net de 1,8 à 2 milliards de DH pour toute l’année 2009. Or, avec le résultat affiché le 30 juin, Addoha n’en est qu’à 50% de l’objectif semestriel. De plus, la marge opérationnelle de la société est ressortie en baisse. Elle se déprécie de plus de 13 points, à 24% durant les six premiers mois de l’année par rapport à la même période de 2008. Face à autant de mauvais points, les investisseurs ont donc sanctionné la valeur et son cours a baissé. Et peu importe que le management du groupe se soit défendu après la publication des résultats en évoquant un chiffre d’affaires sécurisé de 12,5 milliards de DH ou en promettant que le second semestre sera bien meilleur que le premier, cela n’a jusqu’à présent rien changé à la tendance baissière du titre.  

Il n’empêche que l’action Addoha conserve certains atouts. D’ailleurs, jusqu’à parution de recommandations contradictoires, l’action continue d’être recommandée à l’achat par BMCE Capital Bourse et Attijari Intermédiation. Selon la première société de Bourse, le promoteur immobilier bénéficie, malgré son fort niveau d’endettement, de plusieurs forces, notamment son guichet unique, son assiette foncière conséquente et son expertise avérée dans l’externalisation. Il devrait, par ailleurs, profiter de plusieurs opportunités, dont le déficit toujours important de logements économiques et l’élargissement de la garantie «Damane Assakane» à la classe moyenne. Sur cette base, BMCE Capital Bourse recommande la valeur Addoha à l’achat avec un objectif de cours de 174 DH, ce qui, au vu de la baisse aggravée qu’a subi le titre ces dernières semaines, fait ressortir une décote de 45% (par rapport au cours observé le 27 octobre de 119 DH). Quant à Attijari Intermédiation, sa dernière valorisation du titre recommande un cours cible de 169 DH, ce qui suppose un potentiel de hausse de 41%.