La Snep s’introduit en Bourse par cession de 35% du capital

C’est confirmé. La Société nationale d’électrolyse et de pétrochimie (Snep), filiale d’ Ynna Holding, s’introduit en Bourse durant ce mois d’octobre. Le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) vient en effet d’annoncer l’offre publique de vente de la société, qui s’étalera du 22 au 26 octobre 2007.
L’opération porte sur la cession de 35% du capital de la Snep. Cette part correspond à 840 000 actions d’une valeur comprise entre 1 150 DH et 1 250 DH. Le montant global de l’opération se situera donc entre 966 MDH et 1,05 milliard de DH. La période de souscription à l’opération durera cinq jours, du 22 au 26 octobre, avec possibilité de clôture par anticipation à partir du 24 octobre. Quant au syndicat de placement, il se compose d’Attijari Intermédiation, Safabourse, Attijariwafa bank, BMCE Bank, BMCE Capital Bourse, SGMB, Sogebourse, Crédit du Maroc, Crédit du Maroc Capital, Upline Securities, Dar Tawfir, Crédit Agricole et ArtBourse.
En ce qui concerne la Snep, il s’agit d’une société créée en 1973, qui a démarré son activité en 1977 et qui a été rachetée par Groupe Chaabi en 1993. Son activité porte sur la production de PVC, de compounds, de soude, de chlore, d’eau de javel et d’acide chlorhydrique. La société est le seul producteur national de matière plastique. Elle exporte par ailleurs tous ses produits vers plusieurs pays, tels que l’Angleterre, l’Espagne, le Portugal, l’Egypte, la Tunisie, et vers l’Afrique sub-saharienne.

Ona-SNI : les investissements dans Wana pèsent sur les comptes

Le groupe Ona et la holding d’investissement SNI ont clôturé un premier semestre 2007 marqué par le lancement du nouvel opérateur de télécommunications Wana. Malgré le bon comportement de la majorité des activités des deux entités, le poids des charges de démarrage de l’opérateur a fortement impacté leurs agrégats financiers.
Pour le groupe Ona, aucun effet négatif n’a été ressenti au niveau du chiffre d’affaires consolidé. Ce dernier a en effet progressé de 13,2% pour s’établir à 15,2 milliards de DH grâce à la forte croissance des activités de distribution au Maroc, au redressement de Managem et de Cosumar et au démarrage des activités télécoms et immobilières. Cela dit, cette croissance a été plus que consommée au niveau du résultat d’exploitation consolidé, lequel a marqué une baisse de près de 39%, à 568 MDH. La raison, comme expliqué précédemment, est le coût d’acquisition de la clientèle pour Wana. Néanmoins, le résultat net part du groupe a marqué un bond de plus de 75%. A plus d’un milliard de DH, il a été porté principalement par la croissance d’Attijariwafa bank.
Quant à SNI, le RNpg marque un recul de 6%, à 305 MDH, suite, encore une fois, au coût de démarrage de Wana. En neutralisant cet élément, le RNpg affiche une progression de plus de 90%, à 732,6 MDH. Au niveau du résultat net social, la baisse a été plus accentuée. A 421 MDH, il a en effet chuté de près de 60% en raison de la constatation de plus-values exceptionnelles de cession de titres opérées en 2006. Retraité de ces éléments non courants, le résultat net progresse de 19,8%.

Erratum : la Lydec marque une hausse de 4% de son chiffre d’affaires

Dans l’édition du 28 septembre de La Vie éco, nous avons publié des progressions erronées des résultats de la Lydec étant donné que les comparaisons ont été faites sur la base des chiffres de l’exercice 2006 en entier. Nous prions nos lecteurs ainsi que les intéressés de nous en excuser.
Les variations exactes des agrégats du concessionnaire sont de 4% pour le chiffre d’affaires (2,35 milliards de DH) qui a crû grâce à l’augmentation des prix, de -19%% pour le résultat d’exploitation (132 MDH) et de -18% (75 MDH) suite à la baisse des volumes distribués.