La culture du cash perd du terrain

• L’amélioration de la technologie et des mesures de sécurité renforcent la confiance des consommateurs dans les paiements numériques.
• Les résultats suggèrent que l’adoption des paiements numériques continuera de croître en magasin et en ligne après la pandémie.

Ce n’est pas un secret, la culture du cash est ancrée dans le comportement d’achat du Marocain. Mais il faut croire que la pandémie “désincruste” de plus en plus ce réflexe de payer cash dans l’esprit des consommateurs. C’est la conclusion de la toute récente enquête Stay Secure élaborée par Visa et HPS. Selon cette étude, l’utilisation d’espèces au Maroc est en baisse, aux dépens d’un commerce électronique et des paiements contactless qui gagnent du terrain. En chiffres, le paiement en espèces à la livraison (COD) a considérablement baissé de 86% depuis le début de la pandémie, tandis que l’utilisation des paiements numériques (cartes à puce et PIN et sans contact) pour le paiement en ligne ou à la livraison a augmenté de 74%. Dans cette logique, l’utilisation de l’argent liquide a nettement diminué ; à en croire les 43% de consommateurs interrogés (sur 600) déclarant l’utiliser moins pour les achats en magasin, tandis que l’utilisation des paiements numériques a été observée avec 49% en moyenne déclarant l’utiliser plus souvent. Les commentaires des consommateurs renforcent la conviction qu’il n’y a pas d’inversion de cette tendance, avec 46% déclarant qu’ils sont plus susceptibles d’utiliser des méthodes de paiement sans contact à l’avenir. Qui dit engouement pour les paiements numériques, dit renforcement de la confiance dans ces moyens de paiement. L’enquête révèle, en effet, que plus de 84% des consommateurs interrogés ont un haut niveau de confiance dans les cartes sans contact pour les achats en magasin et le paiement à la livraison. Une confiance justifiée par la vitesse qui caractérise le sans-contact, le fait d’éviter le contact humain, la commodité ou encore l’innovation de paiement et la transparence. A noter tout de même que seulement un sur huit de cette population affirme que sa connaissance et sa compréhension de la façon dont les paiements numériques sont protégés par des technologies innovantes (telles que la tokenisation) l’aide à se sentir en sécurité avec les options sans espèces.
A l’occasion de cette enquête, Neil Fernandes, Responsable des risques chez Visa pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, déclare : «Comme l’indiquent les résultats de notre enquête, les consommateurs marocains ont pleinement adopté les paiements numériques à l’ère Covid-19, mais cela n’est pas sans risques. À mesure que les consommateurs passent en ligne, les fraudeurs ont cherché des occasions d’exploiter ces changements dans la façon dont les gens paient leurs biens et services».
En parlant de fraude, l’enquête met en lumière les expériences des consommateurs en la matière. Sans jeu de mots, 21 % en ont payé les frais. Et environ 32% ont été confrontés à la réception de produits contrefaits, tandis que quelques-uns ont été victimes de fraude avec carte perdue ou volée (23%) et de phishing (12%).
Sur ce volet, Hanae BenDriss, Directeur Général Adjoint HPS Processing, explique que «dans ce contexte, il est impératif que la sécurité des paiements évolue à la vitesse de l’innovation afin d’instaurer une confiance forte et lutter contre les risques de fraude.
HPS Switch, acteur incontournable de cet écosystème, est animé par la volonté de rendre les transactions de paiement de plus en plus simples, de plus en plus fluides et de plus en plus sécurisées. Il est donc important de poursuivre les actions de communications au grand public, à l’instar de la campagne Stay Secure, pour une plus grande sensibilisation quant à l’adoption et l’utilisation des nouvelles technologies et moyens de paiement».