La crise dope les ventes de coffres-forts : 20% de hausse en un an

Les coffres pour particuliers se vendent entre 1 500 et 70 000 DH, en fonction de la contenance
et de la qualité.
Choisissez les modèles d’importation pour plus de sécurité, mais gare à  la contrefaçon.

Il est également possible de louer un coffre dans une banque pour un prix accessible. Le seul problème demeure la disponibilité.

Effet psychologique ? Retour à la logique du bon vieux bas de laine ? La crise fait manifestement les bonnes affaires des vendeurs de coffres-forts destinés aux particuliers. «Depuis que la crise est là, les ventes du secteur au Maroc ont bondi de 20 à 25%», assure Mohammed Bouharri, directeur commercial de Sanash sécurité, société casablancaise spécialisée dans les solutions de sécurité physique et électronique.
Il faut croire que l’image du client d’une banque qui vide son compte pour déposer son argent bien en sécurité chez lui, lorsque la conjoncture se fait mouvementée, n’est pas qu’une idée reçue.
En tout cas, profitant de ce contexte favorable, plusieurs vendeurs veulent faire du coffre-fort un produit de large consommation. Une enseigne de grande distribution avait même lancé récemment une campagne d’affichage centrée autour d’un modèle de coffre qu’elle commercialisait. Car ces produits, il s’en vend aujourd’hui presque partout. Dans la grande distribution, donc, qu’elle soit grand public ou spécialisée en bricolage ou en ameublement. Dans les marchés informels aussi, à l’exemple de Derb Ghallef à Casablanca. A cela s’ajoutent enfin plus d’une soixantaine de sociétés opérant au Maroc qui  fabriquent ou importent des coffres-forts.
Comment se retrouver dans une offre aussi riche ? Comment bien choisir son coffre-fort ?
Avant de songer à concrétiser l’achat, il est bon de dresser une petite liste de tous les objets que vous voulez mettre en lieu sûr : argent, documents, bijoux… ou même armes. «La protection de ce dernier type de biens est de plus en plus le souci de la clientèle fortunée», signale M. Bouharri.

Emplacement, volume et système de fermeture…
De manière générale, trois éléments sont à prendre en compte quand on veut faire l’acquisition d’un coffre-fort : l’emplacement, le volume et le système de fermeture. Ainsi, en fonction de l’emplacement que vous envisagez, vous pouvez opter pour un coffre à encastrer, généralement moins cher ou pour un coffre à poser. Pour cette dernière catégorie, il est toutefois recommandé de prévoir un ancrage au sol ou au mur.
Empilez tout ce que vous voulez garder dans le coffre-fort pour vous faire une idée du volume total. Faites votre choix en fonction de ce volume, mais tenez compte du fait qu’au fil du temps, vous ajouterez probablement d’autres objets. Optez donc pour un modèle dont la contenance dépasse d’une ou de deux tailles celle dont vous avez besoin aujourd’hui.
Maintenant, il reste à se décider sur le système de fermeture. Deux systèmes existent sur le marché : mécanique et électronique. Ce dernier type de dispositif reste plus cher sachant qu’il est, en plus, exposé au risque de panne par défaillance technique ou en cas d’épuisement des piles d’alimentation. En effet, aussi étonnant que cela puisse paraître, les coffres à combinaison électronique ne sont pas alimentés par le réseau électrique en raison du risque de coupure de courant qui obligerait son propriétaire à recourir au service après-vente.
Pour ce qui est des tarifs, l’écart de prix pour un coffre de petite taille (20 litres) peut être très important : de 1 500 à 15 000 DH. C’est qu’on trouve de tout en termes de qualité. «Du cube de taule assemblé à la va-vite aux modèles de grande marque, en passant par les coffres portables de fabrication chinoise ou coréenne», résume un connaisseur du marché. Ceci dit, le banditisme ne s’étant pas encore professionnalisé au Maroc, la simple présence d’un coffre-fort, pourvu qu’il soit difficile à déplacer, est une protection suffisante, peut-on supposer.
Mais il ne faut pas penser qu’aux cambriolages : un incendie peut également engendrer des dégâts très importants. Contre cela, les coffres-forts d’importation et de marque renommée (Chubb, Arfe, Burg-Wächter…) demeurent la meilleure solution. Ceux-ci annoncent, tests en laboratoire à l’appui, des indications de sécurité bien précises informant sur leur résistance au vol et au feu. On sait donc à quoi s’en tenir. La vigilance reste toutefois de mise, car des coffres de marque, contrefaits, circulent en masse sur le marché national. Pour parer à cela, un agrément du distributeur local par le fabricant du coffre reste la meilleure garantie pour l’acheteur.
Ces distributeurs exclusifs demeurent toutefois assez rares sur le marché. On trouve parmi eux celui qui détient la carte Fichet-Bauch, une marque qui revendique le leadership mondial en terme de qualité. Pour la petite histoire, le coffre-fort qui a protégé la Coupe du monde lors de son dernier passage au Maroc était de la même marque.
Pour se faire une idée plus complète sur les prix, il faut savoir que les marques renommées sur le marché mondial proposent dans leur catalogue marocain des coffres- forts pour particuliers allant jusqu’à 70 000 DH, sachant que certains de ces modèles comportent une touche de design poussée tel l’habillage en cuir. Mais à ce prix, le client a également droit à un service après-vente sur-mesure allant des études sur la solidité de la dalle qui devrait soutenir le coffre-fort à une prestation spéciale pour assister les clients en cas d’oubli de la combinaison.  
En définitive, l’éventail de prix est très large et, selon le volume, il se situe donc entre 1 500 et 15 000 DH pour les petits coffres (20 litres), 10 000 et 28 000 DH pour les coffres moyens (autour de 100 litres) et entre 25 000 et 45 000 DH pour les grands coffres (environ 350 litres).
Pour qui veut aller plus loin dans la protection de ses biens, il existe la possibilité de louer un coffre-fort ou plus précicément un compartiment de coffre dans une banque commerciale. Quasiment toutes les banques offrent ce service, mais il n’est disponible qu’auprès des grandes agences, voire des succursales uniquement, sachant que seules les principales villes du Royaume sont concernées.

La location de coffres dans les banques est surtout demandée par la clientèle fortunée

Comment louer ce genre de coffres ? Le locataire signe un contrat avec sa banque qui s’engage à mettre à sa disposition un compartiment de coffre pour une période déterminée. La banque ne peut permettre l’accès du coffre qu’au locataire ou à son mandataire. Elle ne doit conserver aucun double de la clé qui est remise au client. Mais ces clés restent la propriété de la banque et doivent lui être restituées à la fin du contrat.
Avant d’accéder à la salle des coffres, le client signe obligatoirement un registre des visites et se fait accompagner par les détenteurs des «clés de contrôle», car la seule clé du client ne permet pas d’ouvrir le coffre. La banque ne contrôle pas le contenu du coffre. On demande cependant au client d’éviter de placer dans son coffre tout objet ou produit susceptible de nuire à la sécurité de la banque ou à l’intégrité des coffres. La plupart des dépôts concernent des documents et des bijoux. Certains y déposent même des devises, ce qui est interdit par la loi.
La location d’un compartiment de coffre est annuelle et les tarifs vont de 250 à 2 000 DH, en fonction de la dimension du coffre, en plus d’une éventuelle caution de
1 000 DH. Les prix de location de coffres restent donc relativement accessibles. Ils paraissent même modiques au vu de l’investissement conséquent concédé par les banques pour la construction, la gestion, la sécurisation et la maintenance de la salle des coffres. Quel intérêt les banques tirent-elles donc de cette prestation ? Ce service est en fait plus à prendre comme un avantage compétitif que les banques exploitent pour fidéliser la clientèle fortunée, qui demeure par ailleurs la cible de prédilection pour cette prestation. «Notre clientèle pour ce service est généralement patrimoniale ou fréquemment appelée à voyager et à s’absenter de son domicile», confirme-t-on à la Société Générale. Cela dit, si les coûts sont bas, il n’est pas évident de trouver un coffre vacant à louer. Dans la même Société Générale, le taux d’occupation des coffres se situe en général autour de 70%, sachant que les coffres de certaines agences sont tous loués.
Dans ce cas, les clients sont orientés vers les agences les plus proches ayant des disponibilités. En tout cas, l’offre devrait s’élargir davantage puisque de nouveaux coffres commencent à être mis en place dans les nouvelles agences haut de gamme que toutes les banques s’activent à ouvrir. Reste que les banques peuvent se montrer parfois réticentes à attribuer un coffre, de peur de voir le locataire disparaître en laissant un contenu non identifiable dans son compartiment. Et pour cause, la banque est dans ce cas confrontée à un vrai casse-tête. Elle ne peut en effet réutiliser le coffre et doit intenter une action en justice pour pouvoir le forcer.