La CIMR se porte bien : un excédent d’exploitation en hausse de 14,3%

Le nombre total des affiliés a progressé de 5%, à  297 817, portant les contributions globales à  5,2 milliards de DH. La caisse a versé 2,8 milliards de DH au titre des pensions annuelles aux retraités. Sur une projection de 60 ans, la réserve de prévoyance devrait atteindre 600 milliards de DH.

La Caisse interprofessionnelle marocaine des retraites (CIMR) se porte bien, et tous ses indicateurs techniques et financiers le confirment. A fin 2012, elle a accueilli 781 nouvelles sociétés adhérentes, en hausse de 47,3% par rapport à 2011, ce qui a porté le nombre total des entreprises à 5 385. Le nombre d’entreprises radiées s’est lui aussi accru (+104,6%, à 532), mais il ne s’agit en fait que d’un phénomène artificiel, puisque les sociétés faisant l’objet de la radiation, autrement dit, accusant un retard de paiement dépassant les délais statutaires limités à six mois, demandent généralement un rééchelonnement de leur dette pour rester inscrites au régime. En cause, l’indemnité de sortie qui est lourde et dissuasive. De fait, les sociétés ne peuvent quitter le régime qu’après s’être acquittées d’une indemnité équivalente à cinq années de contribution.

En tout cas, les nouvelles affiliations (assurés) ont atteint 41 940, en recul de 3,17% sur une année. Toutefois, nettes de sorties, elles ont augmenté de 5%, à 14 250, ce qui a propulsé le nombre total des affiliés à 297 817 personnes, en progression de 5%. Les ayants droit (les personnes qui ont quitté le régime mais n’ont pas encore liquidé leurs points) eux, se sont accrus de 3% depuis 2011, à 254 524 avec un additionnel de 7 133 personnes enregistré pendant l’année écoulée.

Les contributions globales collectées ont atteint 5,2 milliards de DH, réparties entre des contributions patronales à hauteur de 2,9 milliards de DH et des cotisations salariales de l’ordre de 2,3 milliards de DH. En contrepartie, la caisse a traité 9 050 nouveaux dossiers de liquidation, ce qui correspond à des pensions de retraite servies de 206 MDH, soit une augmentation de 10,3%. En somme, ce sont 143 322 allocataires qui bénéficient d’une pension de la CIMR, ce qui totalise un montant de 2,8 milliards de DH. Le départ à la retraite à l’âge de 60 ans continue de prédominer avec une part de 62%. Le reste est réparti entre 34% pour les retraités qui optent pour une prorogation et 3,7% pour ceux qui choisissent de prendre leur retraite par anticipation. Dans ces conditions, le rapport des actifs cotisants et des retraités allocataires s’est maintenu à 2,44, au même niveau que celui d’une année auparavant.

Ces réalisations s’expliquent notamment par l’élargissement du réseau de la caisse à travers l’ouverture de cinq nouvelles antennes régionales dans les villes de Safi, El Jadida, Tétouan, Oujda et Meknès. Parallèlement, dans un objectif de dématérialisation des processus de gestion, la caisse a mis en ligne des téléservices à l’instar des télédéclarations des salaires, le télépaiement des contributions et la e-liquidation des dossiers de pension. Notons que d’autres services verraient le jour au courant de cette année tels que la téléadhésion, le télérachat et la téléimmatriculation.

Les performances commerciales se sont favorablement traduites sur les résultats financiers de la caisse. Tout d’abord, les produits techniques se sont établis à 6,1 milliards de DH, en hausse de 13,4%, portant ainsi le taux de couverture technique à 153%, en amélioration de 8 points. Ensuite, le taux de couverture global, incluant le résultat du patrimoine et le solde exceptionnel s’est élevé de 5 points pour atteindre 182%. Dans ces conditions, l’excédent d’exploitation, affecté à la réserve de prévoyance, ressort en hausse de 14,3%, à 3,6 milliards de DH. Cette dernière a totalisé 28,4 milliards de DH et couvre ainsi 8,6 années de prestations. Le ratio de gestion demeure à un niveau appréciable, à 1,06%, contre 1,11% une année auparavant, soit une amélioration de 5 points de base.

Pour sa part, le résultat financier, issu de la stratégie de placement des actifs de la caisse, s’est bonifié de 2,70% pour se situer à 1,5 milliard de DH. Les revenus de placement de valeurs mobilières, augmentés des plus-values réalisées, se sont établis à 1,7 milliard de DH, en progression de 13,7%. En fait, la CIMR dispose d’un portefeuille estimé à 33,3 milliards de DH en valeur de marché et d’un stock de plus-values latentes équivalent à 55 milliards de DH. Du côté de l’allocation stratégique des actifs, la caisse entend atteindre un optimum de placement réparti entre 55% pour les actions, 20% pour les obligations, 10% pour l’immobilier, 10% pour les infrastructures et 5% pour les produits divers.

Au regard des performances réalisées, le top management de la CIMR confirme la pérennité du régime, surtout avec les prévisions actuarielles réalisées. En effet, sur une projection de 60 ans, et en supposant que le fonds de prévoyance respecte les deux critères de base, à savoir son maintien sur un territoire positif et sur une tendance ascendante,  il devrait atteindre près de 600 milliards de DH en 2072. Ceci est d’autant plus conforté puisque l’hypothèse retenue pour la croissance des actifs cotisants n’est que de 0,5% alors que la CIMR a enregistré une progression de 5% annuellement sur les cinq derniers exercices.