La caravane de la Bourse arrivera-t-elle à  relancer le processus d’introductions ?

Sur les 120 sociétés approchées par la Bourse de Casa dans la région du Nord, seule une dizaine a assisté à  la journée de présentation.
Peu d’entre elles envisagent de s’introduire en Bourse, et pas pour l’instant.
Les professionnels du marché veulent rester optimistes.

Les entreprises tangéroises ne sont pas très portées sur le monde de la Bourse. C’est la conclusion qu’on peut retenir à l’issue de la première escale de la «Caravane de la Bourse». Cette rencontre entre les professionnels du marché boursier et les entreprises, organisée le 22 avril dernier à Tanger, n’a en effet suscité l’intérêt que de peu d’opérateurs. Sur les 120 sociétés approchées par la Bourse de Casablanca dans la région du Nord, seule une dizaine a répondu présente. Il faut dire que dans le contexte économique actuel toujours marqué par la crise et le manque de visibilité, on devait s’attendre à cette faible participation des entreprises. Mais les organisateurs de cette manifestation de vulgarisation et d’incitation à l’introduction en Bourse restent optimistes et estiment qu’il est encore tôt pour dégager une tendance globale.
Cette deuxième édition de la caravane de la Bourse (la première a été organisée en 1997) couvrira plusieurs villes du Royaume durant les deux prochains mois, notamment Rabat, Marrakech, Fès, Oujda Laâyoune et Agadir. L’objectif étant d’approcher près de 2 000 entreprises pour leur expliquer les avantages et les modalités d’une introduction en Bourse. Ce chiffre paraît difficile à atteindre au vu du déroulement de la manifestation à Tanger. Mais les organisateurs restent confiants tout en étant réalistes. «Bien évidemment, les 2 000 entreprises ciblées ne répondront pas toutes présentes. Mais si nous arrivons à rassembler la moitié ou seulement le tiers de ces sociétés, nous aurons réussi notre pari», précise Karim Hajji, directeur général de la Bourse de Casablanca. Il se peut par ailleurs que les entreprises des autres régions montrent plus d’intérêt par rapport à la manifestation.

La Bourse de Casa vise 10 introductions par an pour atteindre 150 sociétés cotées d’ici 2015

La société gestionnaire de la Bourse inscrit son action dans l’objectif de poursuivre le processus d’introduction au même rythme qu’en 2006 et 2007 (dix opérations par an), voire plus, pour atteindre 150 entreprises cotées à l’horizon 2015.
La caravane de la Bourse n’est forcément pas suffisante à elle seule pour réaliser cet objectif, car elle se limite à présenter les apports et les modalités du financement à travers le marché boursier. Néanmoins, elle permet aux professionnels, notamment les sociétés de Bourse et les banques d’affaires qui y participent, d’approcher les entreprises pour connaître leur situation et leurs aspirations. A ce titre, quelques-unes des sociétés qui ont assisté à la Caravane de la Bourse à Tanger ont affirmé que l’idée de s’introduire n’était pas inexistante chez leurs dirigeants. L’un d’entre eux expliquait, lors des rencontres B-to-B organisées en marge de la caravane, que «l’activité de son groupe spécialisé dans l’import-export des céréales se développe à un rythme soutenu et qu’il n’est pas exclu de recourir au marché boursier pour financer cette croissance». Un autre dirigeant a affirmé que s’introduire en Bourse était pour lui une idée fort intéressante, mais pas dans l’immédiat. «Nous songerons peut-être à rejoindre la cote dans deux ou trois ans, quand le climat économique et financier sera plus propice», précise-t-il.
Si ces propos démontrent qu’emprunter le chemin de la Bourse n’est pas totalement exclu par les entreprises du Nord, ils montrent également que ces sociétés sont hésitantes ou encore en phase de réflexion. L’un des opérateurs boursiers présents lors de la caravane affirme que ces entreprises préfèrent toujours recourir au financement bancaire plutôt que de se plier aux conditions du marché boursier. Notons à ce titre que la Bourse de Casablanca ne couvre que 5% des besoins de financement des entreprises marocaines.
En tout cas, la caravane de la Bourse a permis aux sociétés tangéroises de rencontrer directement les professionnels de la Bourse. Il faut savoir en effet que tous les opérateurs du marché sont concentrés sur l’axe Casa-Rabat.
Les entreprises situées en dehors de ce périmètre n’ont donc aucun contact régulier avec le monde de la Bourse, si ce n’est à travers le circuit bancaire pour effectuer quelques rares opérations de placement.
Notons que les entreprises qui ont participé à la caravane de la Bourse à Tanger ont eu un aperçu global du marché boursier, de son histoire, ses acteurs et ses réalisations.
Le processus d’introduction a été expliqué en détail par Karim Hajji, Aomar Yidar (président du Conseil d’administration de la Bourse de Casa) et Abdessamad Issami (directeur délégué à CDG Capital), et l’expérience et les apports de la Bourse ont été racontés par Benoit Vaillant, directeur administratif et financier d’Aluminium du Maroc. Par ailleurs, les entreprises tangéroises étaient représentées lors de la manifestation par Abdelhakim Oualit, président de l’Union régionale du Nord de la CGEM.