La Bourse de Casa se ressaisit après la chute du 21 février

Les manifestations organisées le 20 février dans plusieurs villes du Royaume n’ont pas été sans impact sur le marché boursier casablancais. Les indices de la place ont en effet fortement chuté le lundi 21 février, le Masi ayant cédé 2,99% et le Madex 3,02%. Cette forte baisse avait porté la contre-performance depuis le début de l’année à 3,19% pour l’indice de toutes les valeurs et à 3,11% pour le baromètre des valeurs les plus liquides. Les traders affirment qu’après un démarrage timide de la séance du 21 février, les ordres de vente ont afflué après la diffusion d’informations faisant état de morts et de pillages. Ce vent de panique a touché aussi bien les investisseurs locaux qu’étrangers. Mais il s’est limité aux personnes physiques, les institutionnels s’étant plutôt positionnés à l’achat. La chute a concerné quasiment toutes les valeurs de la cote, mais ce sont principalement les grosses capitalisations qui ont tiré le marché vers le bas, notamment Maroc Telecom, Addoha, Lafarge et l’ensemble des valeurs bancaires.
Heureusement, ce mouvement de panique s’est rapidement estompé et les indices boursiers ont repris le chemin de la hausse durant la séance du 22 février, compte tenu d’un retour au calme progressif et de l’impact limité des débordements du 20 février. Le marché n’a pas effacé toutes ses pertes, puisque les indices n’ont progressé que de 0,42% le 22 février, mais selon les professionnels, il est bien parti pour s’inscrire de nouveau dans une tendance haussière.

Les particuliers n’ont réalisé que 15% du volume échangé en Bourse en 2010

Les transactions boursières effectuées par les particuliers sur le marché central en 2010 ont enregistré une croissance de 18,6% et portent sur un volume de 17,5 milliards de DH, selon les dernières statistiques du Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM). Seulement, leur poids dans le volume global des échanges a baissé par rapport à 2009. En effet, les 17,5 milliards de DH d’opérations effectuées par les personnes physiques ne représentent que 15% du volume global des transactions de 2010, alors que cette part était de 18,7% en 2009. C’est que la croissance du montant global des transactions a été plus forte que la progression des volumes réalisés par les particuliers. Si ceux-ci ont évolué de 18,6%, l’ensemble des échanges a crû de 47,39%, passant de 78,67 milliards de DH en 2009 à 115,9 milliards en 2010. Ce sont surtout les Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) qui se sont renforcés sur le marché, avec un volume qui a presque doublé pour atteindre plus de 30 milliards de DH. Ils deviennent ainsi le deuxième plus gros intervenant sur le marché central, après les personnes morales qui ont réalisé près de 42 milliards de DH de volume.

Un rendement de dividende 2010 de 3,4% pour Lafarge Ciments

Malgré un bénéfice net en recul de près de 10% en 2010 (1,68 milliard de DH), notamment suite à la baisse des ventes en quantité et à l’augmentation des prix des combustibles, et un programme d’investissements important, Lafarge Ciments compte distribuer le même niveau de dividende que l’année dernière, soit 66 DH par action. Cette décision devrait ravir les investisseurs sur le marché qui encaisseront ce produit dans les mois à venir. Les 66 DH établissent le rendement de dividende de l’action Lafarge à 3,4%, soit un niveau en ligne avec la moyenne du marché.