La BCP signe un excellent exercice 2014 malgré la hausse du coût du risque

Le groupe continue à  améliorer ses parts de marché. Dopé par le résultat des opérations de marché, le PNB s’est apprécié de 12%. Malgré l’effort de provisionnement, les bénéfices se sont envolés de 12,5%.

Le groupe BCP a clôturé l’exercice 2014 sur une nette progression de ses indicateurs d’activité en dépit de la montée en flèche du coût du risque, consolidant ainsi sa position au sein du secteur. En effet, l’établissement a porté l’encours de ses dépôts à 230 milliards de DH, en hausse de 9,5% par rapport à l’exercice précédent. Ce qui a hissé sa part de marché de 7 points de base, à 26,8%. Pour sa part, l’encours des créances sur la clientèle a affiché un bond de 3,1% pour atteindre 206 milliards de DH. En a découlé une part de marché de 24,6%, en amélioration de 29 points de base. Ainsi, le coefficient d’emploi est ressorti en amélioration de 5,3 points, à 89,7%.

Ces performances résultent d’une dynamique commerciale probante comme l’atteste le nombre d’agences bancaires ouvertes sur l’année. Avec 76 nouveaux points de vente, leur nombre est passé à 1 326. Ce qui a permis le recrutement de 420 000 nouvelles relations, portant le portefeuille clients à 4,9 millions.

Dans ces conditions, le produit net bancaire consolidé s’est renforcé de 12% pour atteindre 14,7 milliards de DH. Il a été tiré notamment par la marge d’intérêt qui, avec une part de 68%, a progressé de 6,8% sur une année, à 10 milliards de DH. Parallèlement et grâce à l’amélioration du contexte financier (chute des taux des bons du Trésor et embellie du marché actions), le résultat des activités de marché s’est envolé de 45,4%, à 2,4 milliards de DH. Dans une moindre mesure, la marge sur commissions a augmenté de 1% pour s’établir à près de 2 milliards de DH.

Ainsi, en dépit d’un alourdissement des charges d’exploitation de 5,5%, à 6 milliards de DH, le coefficient d’exploitation s’est apprécié de 2,6 points pour pointer à 46,6%. Le résultat brut d’exploitation a donc atteint 7,8 milliards de DH, en croissance de 17,8%.

Cependant, le groupe demeure affecté par l’accroissement des impayés en raison d’une situation difficile persistante chez ses clients, et ce, malgré l’amélioration apparente du contexte économique global. Les provisions pour créances en souffrance se sont en effet aggravées de 53,6% pour s’élever à 3 milliards de DH. Le taux de couverture de ces créances est ainsi passé de 71% à 75%, gagnant 4 points sur une année. Aussi, la BCP poursuit sa politique de provisionnement pour risques généraux. Elle a alloué 205 MDH supplémentaires à ce poste, hissant de fait son encours à 2,3 milliards de DH.

Malgré cet effort de couverture des risques, le groupe a réussi à propulser ses bénéfices de 12,5%, à 2,2 milliards de DH. Sur cette base, le management envisage de distribuer un dividende unitaire de 5,25 DH contre 4,75 DH une année auparavant, soit un bond de 10,5%. Du coup, le taux de rendement du dividende se situe à 2,2% compte tenu du cours du 10 mars.