Kevin Gormand : «Le développement de la construction des petites surfaces continuera à l’avenir»

• 25% de l’offre de location est au profit de studios, la même tendance que les années précédentes.
• Comme tous les autres secteurs, il est certain que les prix des actifs immobiliers destinés à l’habitation subissent une grande pression au niveau du prix à l’achat.

 

Kevin Gormand
Kevin Gormand

Kevin Gormand décortique pour nous l’évolution des studios au Maroc, en terme de concentration de l’offre et de la demande, la moyenne des prix exercés à la location et à la vente…

• Le studio est un incontournable de l’investissement locatif. L’engouement était palpable pour ce type de bien durant ces dernières années. Est-ce toujours le cas ?
Effectivement, le studio suit la même tendance que les années précédentes. 25% de l’offre de location est au profit de studios. Cette proportion augmente dans certaines villes comme Casablanca avec 31%, et Marrakech avec 37%, dans les quartiers hébergeant les CSP les plus élevés. Mais diminue dans d’autres villes comme Rabat (26%), Agadir (21%) et Tanger (12%). Ceci s’explique principalement par le paysage immobilier de chaque ville. L’on remarque une évolution claire vers la construction de plus petites surfaces et donc de studios. Ce qui est sûr, c’est qu’il y en aura davantage dans les années à venir.

• Comment évoluent les prix de ce type d’actif ? Pourriez-vous nous donner une moyenne des prix de vente des studios (dans les grandes villes) ?
Les studios concentrent, de manière générale, les prix au m² les plus élevés. À Casablanca, par exemple, dans les quartiers de Maarif, Casa Finance City, Bourgogne et Dar Bouazza – qui sont les quartiers avec le plus d’offres de studios – les prix de la vente sont respectivement de 16 800, 16000, 16 300 et 11 800 DH/m². A Rabat, dans le quartier de l’Agdal et le centre-ville – qui concentrent le plus grand nombre d’offres de studios – les prix du m² à la vente sont respectivement de 17000 et 14 900 DH. En ce qui concerne Marrakech, les quartiers de Gueliz et Route de Casablanca – qui sont les quartiers où il y a le plus d’offres de studios – les prix sont respectivement de 14 000 et 11 800 DH.

• Et de location ?
Quant aux prix de la location, à Casablanca, nous sommes à 6 500 DH à Maarif, 10 600 DH à Casa Finance City et 5600 à Dar Bouazza. Dans les deux quartiers précédemment cités de Rabat, nous sommes à 4 600 DH pour l’Agdal et 4 300 DH pour le centre-ville. Concernant Marrakech, les prix de la location sont de 5000 DH à Gueliz et 4 300 DH dans la Route de Casablanca.

• À Casablanca, par exemple, quels sont les quartiers les plus recherchés à la location ?
Maarif est classé premier dans la recherche de studios à la location, en canalisant 15% de la demande, suivi de Gauthier (14%), Bourgogne et Racine (11%).

• Quels sont les points primordiaux à prendre en compte avant de faire un investissement locatif ?
Il faut s’assurer que la demande existe réellement dans la zone concernée et l’étudier afin de répondre au plus près au besoin : Quelle superficie est adéquate ? Quel prix est attractif ? Quelles commodités sont nécessaires ? Quelle finition est à la hauteur des standards du quartier ? Y a-t-il un besoin d’une location meublée ou vide ? Autant de réponses à avoir avant de se lancer dans un investissement locatif.

• Pensez-vous que les prix des loyers vont subir des changements après cette crise ?
Comme tous les autres secteurs, il est certain que les prix des actifs immobiliers destinés à l’habitation subissent une grande pression au niveau du prix à l’achat, tel qu’il a été démontré dans l’édition spéciale du Guide Mubawab de l’immobilier. La question demeure maintenant pour les prix à la location, à laquelle la prochaine édition du tensiomètre locatif de Mubawab va tenter de répondre.