Immobilier : ce que vous pouvez avoir dans la périphérie de Casa

Les prix démarrent à  1,4 MDH pour les appartements à  Bouskoura et Dar Bouazza et peuvent atteindre 5 MDH. Les villas se vendent entre 2,2 MDH et 12 MDH en fonction du standing. Nouaceur commence à  séduire avec des prix plus accessibles.

Bouskoura, Dar Bouazza, Nouaceur…, la périphérie de la métropole attire de plus en plus de Casablancais souhaitant améliorer leur cadre de vie. Les projets immobiliers s’y développent à un rythme soutenu depuis plusieurs années et les logements y trouvent preneur rapidement. Le premier argument avancé par les promoteurs est la qualité de vie.

«Depuis 2006, nombre de Casablancais ont migré vers la périphérie en raison de la densification du centre-ville, des problèmes d’infrastructures et de transport, de l’augmentation de la pollution…», explique Najib Arhila, directeur général délégué en charge du pôle développement et réalisations à la CGI.

Mais surtout, le prix du mètre carré à Casablanca intra-muros a atteint des niveaux inaccessibles pour nombre de ménages. Ce que les promoteurs opérant dans la périphérie ont compris en proposant des logements adaptés à toutes les bourses. Ainsi, on trouve tous les profils dans les nouveaux complexes résidentiels entourant Casablanca : cadres moyens et supérieurs, patrons d’entreprises, professions libérales, retraités… Et la demande continue d’affluer vu le développement de l’offre.

Villas jumelées ou isolées, avec ou sans piscine, disposant d’une vue sur golf ou sur mer ; des appartements ou duplex dans des résidences sécurisées avec jardins ; le tout étoffé de lieux de vie comme des centres commerciaux, des spas, des écoles…, l’offre est vraiment complète et diversifiée. Mais surtout, les prix affichés par les promoteurs sont parfois inférieurs à ceux pratiqués à l’intérieur de Casablanca.

Quand ils sont plus élevés, c’est que le standing ou la superficie sont supérieurs. Les appartements peuvent en effet commencer à 1,4 MDH à Bouskoura et Dar Bouazza et aller jusqu’à 5 MDH. A Nouaceur, les prix sont moins élevés. Ils peuvent commencer à 280000 DH et pointer à 1,8 MDH. Pour leur part, les prix des villas commencent à 2,2 MDH et peuvent atteindre 12 MDH en fonction du type, de la superficie et de l’emplacement. Ces prix sont proposés dans le cadre de plusieurs projets : Lilas Park, California Eden, Casa Diaa, Casa Green Town, Bouskoura Golf City, California Golf City…

Le très haut standing trouve également preneur

Les Lilas Park proposent des villas d’une superficie de 600 à 1 167 m2 avec des prix qui démarrent à 3,8 MDH. Les villas de la CGI, elles, sont commercialisées à partir de 3,5 MDH, pour celles dites en bande (avec 2 façades) sur une superficie moyenne de 200 m2 construits avec jardin et piscine. Les villas jumelées, d’une superficie comprise entre 300 et 350 m2 sont mises en vente entre 4,5 MDH et 6,5 MDH en fonction de leur emplacement au sein même du projet.

La CGI propose également des villas isolées pour des budgets plus conséquents, dépassant les 7 MDH pour des superficies qui démarrent à 350 m2. Les adeptes des petits espaces peuvent également y trouver leur compte avec une panoplie d’appartements, simplex et duplex avec des superficies variant de 70 et à 200 m2 pour des prix qui commencent à 1,5 MDH et atteignent 5 MDH. Notons qu’à la même fourchette basse du prix, on peut s’offrir un appartement «haut standing» dans un quartier au centre de Casablanca, sans bénéficier des mêmes avantages liés à la piscine ou aux espaces verts.

Il faut dire que les promoteurs essayent de s’aligner sur les mêmes prix vu la concurrence à laquelle ils se livrent. C’est le cas d’Addoha qui, dans le cadre de la dernière tranche de son projet Bouskoura Golf City, commercialise des villas dont la surface varie de 264 à 438 m2 à partir de 4,2 MDH. Ou encore des appartements de 102 à 148 m2 à 1,7 MDH minimum. De son côté, Palmeraie Developpement livre des villas d’une surface qui démarre de 280 m2 à 4,85 MDH, en plus d’une gamme d’appartements simples et des duplex avec vue sur golf, jardin et piscine privée ayant une surface habitable allant de 97 m2 à 122 m2 à partir de 2 MDH.

La demande se manifeste même sur le très haut standing. C’est le cas au niveau du projet Casa Diaa du groupe Naciri Developpement. «Après la commercialisation de la 1ère tranche comprenant 61 villas entre 2010 et 2013, le promoteur a écoulé à fin décembre dernier 15 villas sur les 39 comprises dans la seconde», assure William Simoncelli, DG de Carré Immobilier. L’offre qui n’inclut que des villas plain-pied propose des résidences de 280 m2 couverts à partir de 6 MDH.
Les prix peuvent dépasser 12 MDH pour une superficie de 400 m2.

Dar Bouazza séduit également les Casablancais. KLK Invest qui opère dans cette zone a par exemple écoulé l’ensemble des appartements qu’il a construits. Le promoteur commercialise également 2 projets de villas (les Beaux rivages et les Résidences soleil) à des prix compris entre 2,2 et 3,8 MDH avec piscine et vue sur mer.

Dar El Kenz, projet immobilier de Kenz Invest, propose pour sa part des villas jumelées de 383 m2 à partir de 4,6 MDH. Les appartements, eux, sont proposés à partir de 1,4 MDH pour une superficie de 97 m2 sans parking. En revanche, le projet Peninsula du groupe Saham offre des appartements de 65 à 150 m2 dans une résidence sécurisée avec piscine à un prix qui varie de 1,17 MDH à 3,45 MDH, selon que l’on opte pour une vue sur mer ou sur piscine.
Nouaceur n’est pas en reste. La localité attire de plus en plus la demande avec des logements plus accessibles.

A titre d’illustration, le projet «Les Jardins de Nouaceur» propose des appartements de 50 m2 à 75 m2 pour 280 000 DH. Il faut compter au minimum 1,72 MDH pour une villa de 80 m2 du même projet. La Perle de Nouaceur, projet d’appartements initié par le groupe Perla Immobilier présente des appartements simples de 65 à 160 m2 ainsi que des duplex de 300 m2, avec des prix variant de 750000 DH à 3,4 MDH.