Focus de la semaine du 8/03/2010

Maghreb Oxygène : hausse de 60% du résultat net en 2009, à 17,4 millions de DH

Maghreb Oxygène affiche une solide progression de ses indicateurs opérationnels et financiers en 2009. Son chiffre d’affaires s’est établi à 207,6 MDH à fin décembre, en hausse de 4% par rapport à 2008. La société explique cette croissance par la bonne tenue de ses ventes dans les marchés qu’elle couvre.
Malgré cette évolution à un seul chiffre, le résultat d’exploitation de Maghreb Oxygène marque un bond de 47% d’une année à l’autre, à 29,2 MDH. Une forte progression à mettre à l’actif d’une optimisation efficace des charges et à la baisse du niveau des achats. Le taux de marge opérationnelle se bonifie de ce fait de 4 points pour se fixer à 14%. Ce qui permet de hisser le résultat net de 60% en 2009, à 17,4 MDH.
Les agrégats du bilan ont également connu une amélioration marquante. Les fonds propres de la société ont progressé de 5% en 2009, à 176 MDH. Ceci, conjugué à une baisse de 28% du besoin en fonds de roulement (83 MDH), a permis à la trésorerie de retrouver l’équilibre (-1 MDH).
Compte tenu de ces réalisations, Maghreb Oxygène distribuera un dividende de 16 DH par action, en hausse de 33% par rapport à 2008.

Légère baisse de la rémunération des dépôts à terme à 12 mois en janvier 2010

Après la forte hausse qu’ils ont enregistré en 2008 en raison de la course des banques pour la collecte des ressources, les taux de rémunération des dépôts à terme (DAT) reviennent petit à petit à leur niveau normal. En janvier 2010 (dernière statistique disponible), la moyenne des taux des DAT à 12 mois s’est établie à 3,57%, en légère baisse de 9 points de base par rapport à décembre 2009. Les placements à six mois ont pour leur part marqué une quasi-stagnation, à 3,33%.
Par rapport à l’année dernière, la baisse est plus visible. Le taux des DAT à 12 mois était en moyenne de 3,83% en janvier 2009, et celui des placements à six mois de 3,76%. La baisse sur un an est donc de 26 points de base pour la première maturité et de 43 points de base pour la seconde.
Notons qu’en décembre 2008, le taux des dépôts à 12 mois avait atteint un plus haut de 4,34%, et les DAT à six avaient enregistré un mois plus tôt un taux de 4,13%.

Deuxième mois consécutif de hausse pour la Bourse de Casablanca

Alors que les analystes s’attendaient à ce que la Bourse de Casablanca replonge après sa progression en janvier, le marché a poursuivi sa tendance et a bouclé son deuxième mois consécutif de hausse. Il a enregistré en février une progression de 1,54%, portant sa performance depuis le début de l’année à 6,25%.
Plusieurs facteurs expliquent la poursuite de la hausse, dont le principal est le manque de papier sur le marché. En effet, aucune introduction en Bourse n’est venue alimenter les investisseurs en titres neufs, ce qui a renforcé leur demande sur les valeurs existantes et les a poussés à offrir des différentiels de prix importants pour dénouer leurs opérations. A côté de ce phénomène, plusieurs investisseurs étrangers ont alimenté la demande sur le marché ces deux derniers mois dans le but de reconstituer leurs portefeuilles après les liquidations opérées fin 2009. Enfin, il y a aussi l’anticipation de bons résultats annuels pour les sociétés cotées. Les analystes estiment que le bénéfice récurrent de la cote enregistrera une croissance de l’ordre de 7%.