Focus de la semaine du 27/09/2010

Managem : réalisations semestrielles supérieures aux attentes

Le groupe Managem affiche au 30 juin 2010 des réalisations supérieures aux attentes des analystes. Son chiffre d’affaires consolidé s’est établi à 1,3 milliard de DH (soit plus de la moitié du chiffre prévu pour toute l’année), en hausse de 22,7% par rapport au premier semestre 2009. Cette progression est redevable principalement à la reprise des cours spot sur le marché international, à l’amélioration de la parité dirham/dollar ainsi qu’à l’allègement des engagements de couverture de l’argent et des métaux de base.
L’excédent brut d’exploitation du groupe s’élargit pour sa part de 63,5%, à 493 MDH, et le résultat d’exploitation consolidé ressort à 155,8 MDH, soit 1,7 fois les prévisions des analystes. Par conséquent, la marge opérationnelle se bonifie de 10,4 points pour s’établir à 12%. In fine, et en dépit de la non-récurrence de la plus-value de cessions des actions Semafo, réalisée durant le premier semestre 2009, le résultat net part du groupe passe de 26,6 à 89,5 MDH, soit 1,4 fois les prévisions. Ainsi, la marge nette s’apprécie de 4,4 points, à 6,9%.

Salafin : un produit net bancaire en hausse de 7% au 30 juin 2010

En dépit d’une conjoncture sectorielle difficile, marquée par la baisse des financements automobiles (-10%) et un repli des crédits personnels suite à une plus grande sélectivité des dossiers de crédits, Salafin parvient à stabiliser son encours financier semestriel par rapport à l’année dernière, à 2,59 milliards de DH. En parallèle, le portefeuille de financement de la société a marqué un léger retrait de 1,6%, à 2 milliards de DH, en raison de la baisse des dettes interbancaires.
Dans ces conditions, le Produit net bancaire (PNB) de Salafin augmente de 6,7%, à 143,5 MDH. Il est tiré par la croissance de 27,2% de la marge d’intérêt (78,1 MDH) qui a permis de compenser le recul de 15%, à 65,1 MDH, du résultat des opérations de crédit-bail et de location.
Les charges générales d’exploitation ont, de leur côté, limité leur hausse à 1,5% pour s’établir à 39,9 MDH. Le coefficient d’exploitation s’améliore ainsi de 1,4 point pour se fixer à 27,8%. Mais en ce qui concerne le coût du risque, les provisions pour créances en souffrance se renforcent de 45,8%, à 32,8 MDH. Dans ce sillage, le résultat net se replie de 3,4%, à 53,8 MDH.

BMCE Capital Gestion lance deux nouveaux fonds obligations moyen et long terme

BMCE Capital Gestion vient d’obtenir le visa du Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) pour le lancement de deux nouveaux Organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM), de type obligations moyen et long terme. Le premier, baptisé Capital Sérénité, est un fonds investi à plus de 90% en titres de créances émis ou garantis par l’Etat (l’investissement en dette privée est exclu). Sa durée de placement recommandé est de deux ans et sa sensibilité est comprise entre 1,1 et 5,1. Par ailleurs, son indice de référence est le Moroccan Bond Index Global (MBI Global).
Le deuxième fonds, appelé Capital Plus, est moins rigide en termes de stratégie d’investissement. Il peut placer 90% de son actif dans les titres de créances, émis par l’Etat ou par les entreprises privées. Les 10% restants peuvent être placés en actions ou en titres d’OPCVM actions ou diversifiés. Sa durée de placement recommandée est de un an et plus et sa sensibilité est comprise entre 1,1 et 5,1. L’indice de référence du fonds est quant à lui le MBI moyen terme.