Focus de la semaine du 22/03/2010

Taslif augmente de 32% son résultat net en 2009, à 33 MDH

La société de financement Taslif parvient à inscrire tous ses indicateurs d’activité en hausse malgré le contexte de ralentissement du marché du crédit. Son encours brut a atteint 811 MDH à fin 2009, marquant une progression de 14% par rapport à 2008. La production de crédit de cette filiale de CNIA-Saâda a, pour sa part, augmenté de 11%, à 438 MDH.
Ces évolutions ont permis aux revenus d’exploitation de franchir la barre de 100 MDH et de marquer une progression de près de 20%. Ce qui a permis au produit net bancaire de Taslif de s’établir à 72 MDH (+14,6%), et à son résultat net de s’élever à 33 MDH (+32%). Notons que cette performance du bénéfice net est due en partie à la remontée de dividende de la filiale Salaf. Corrigée de cette rentrée, la croissance du résultat se limite à 13% par rapport à 2008. En tout cas, compte tenu de ces réalisations, le management de Taslif a décidé la distribution d’un dividende de 28 DH par action. Enfin, pour 2010, la société de financement compte poursuivre les ouvertures de nouvelles agences et optimiser la mise en place de son nouveau système d’information.

Chute de 44% du bénéfice net du CIH en 2009, à 228 MDH

Le Crédit immobilier et hôtelier (CIH) passe par des moments difficiles. Ses résultats financiers sont en nette dégradation en 2009, subissant l’impact combiné du ralentissement du marché de l’immobilier et de la constatation d’éléments non récurrents sur ses comptes.
Mais d’abord quelques évolutions positives permettent d’éclaircir un peu le tableau noir de la banque. Son encours des dépôts a en effet augmenté de 7% par rapport à 2008, et celui de ses crédits sains a progressé de 3,4%. En même temps, l’encours des créances en souffrance marque une réduction satisfaisante de 9%.
Malgré cela, le produit net bancaire et le résultat net du CIH s’inscrivent en baisse. Le premier recule de 8% en 2009, à 1,22 milliard de DH, tandis que le second chute carrément de 44% pour s’établir à 228 MDH. Le management de la banque explique cette dégradation par la baisse de la reprise des agios réservés, l’effet sur la marge d’intérêt de la titrisation de 1,5 milliard de DH d’encours en 2009, la baisse du résultat des opérations non bancaires et l’augmentation des charges générales suite à l’abandon du projet de refonte du système d’information de la banque.
En tout cas, ce management reste confiant dans les perspectives de développement du CIH et vient d’adopter un nouveau plan industriel 2010-2014.  Ce plan vise à consolider le positionnement de la banque dans ses métiers de base, à transformer son modèle opérationnel pour une meilleure efficacité commerciale et à améliorer ses fondamentaux financiers.

Sonasid essuie toujours des pertes liées à la crise internationale

Le sidérurgiste Sonasid continue de pâtir des effets de la crise internationale. Malgré une hausse de 5,6% de la consommation du rond à béton et du fil machine au Maroc en 2009, la chute des prix de l’acier au niveau mondial a fait baisser son chiffre d’affaires de 30%, à 5,3 milliards de DH. Dans ce contexte, le résultat d’exploitation passe de 1,2 milliard de DH en 2008 à seulement 347 MDH en 2009, soit un recul de 71%. Ce qui a automatiquement impacté le bénéfice net qui baisse de 67%, passant à 296 MDH.
Malgré cette forte dégradation des résultats, le management de Sonasid compte distribuer un dividende de 66 DH par action.