Focus de la semaine du 14/06/2010

La valeur Samir présenterait un potentiel de hausse à  très court terme, selon les analystes de BMCE Capital Bourse. Ces derniers rappellent que le titre s’est engagé dans une vague haussière, à  l’instar du marché dans son ensemble, pour atteindre un plus haut le 19 mai à  745 DH, soit une performance annuelle de 36,4%.

Samir : un potentiel de hausse     à saisir à très court terme, selon BMCE Capital Bourse

La valeur Samir présenterait un potentiel de hausse à très court terme, selon les analystes de BMCE Capital Bourse. Ces derniers rappellent que le titre s’est engagé dans une vague haussière, à l’instar du marché dans son ensemble, pour atteindre un plus haut le 19 mai à 745 DH, soit une performance annuelle de 36,4%. Cette tendance a été toutefois interrompue par deux importants mouvements de prises de bénéfices (-9,1% entre le 29 avril et le 6 mai et -7,3% entre le 19 mai et début juin). Néanmoins, la société de Bourse précise que les indicateurs mathématiques de la valeur restent bien orientés.
Dans ce sillage, et après avoir rebondi à deux reprises sur le support de 672 DH, les analystes anticipent dans les séances à venir une orientation haussière du titre à un premier seuil de 715 DH, puis à un deuxième de 745 DH. Ils ajoutent enfin que ce rebond pourrait être suivi par une correction. Notons que la Samir s’échangeait à 708 DH durant la séance du 7 juin, ce qui présente un potentiel de hausse de 5,2% par rapport au seuil de 745 DH.

Les bons du Trésor feront bientôt l’objet d’une cotation en Bourse

La direction du Trésor prévoit de mettre en place à partir de cette année un système de cotation des bons du Trésor, en concertation avec le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM), la Bourse de Casablanca et les banques intermédiaires en valeurs du Trésor (IVT). La mise en place de ce système s’articule autour de trois mesures. La première sera d’encourager les IVT à respecter, dans les meilleures conditions, leurs engagements de cotation en limitant au maximum les risques de défaut de livraison des titres. La seconde mesure consiste en l’instauration d’un système de prêt automatique de titres, qui devrait permettre aux IVT d’avoir la possibilité de se prêter mutuellement des bons du Trésor de manière automatique via un système de règlement/livraison de Maroclear afin d’éviter un défaut de livraison de titres découlant de leurs obligations de cotation. Enfin, la troisième mesure porte sur l’introduction de la pratique de la Repo Facility, une facilité de prêt de titres qui consiste pour le Trésor, en tant que prêteur de dernier recours, à émettre des valeurs temporairement à la disposition des IVT en difficulté de livraison, et ce, via une opération de cession-rétrocession (repo) pour une très courte durée. Dans ce contexte, une mise à jour du cadre juridique est requise à travers l’introduction d’une disposition au niveau de la prochaine Loi de finances afin de permettre au Trésor d’émettre temporairement des titres au profit des IVT pour des besoins de cotation.

HPS augmente son capital pour racheter la société ACPQualife

HPS vient d’obtenir le visa du CDVM pour procéder à une augmentation de capital réservée aux actionnaires de ACPQualife, dans le but d’acquérir 60% du capital de cette dernière société. Les 40% restants seront cédés aux actionnaires de HPS en numéraire. Le montant de l’augmentation de capital s’élève à 36,9 MDH, correspondant à la création de 53 599 actions d’une valeur unitaire de 690 DH. L’objet de l’opération est de consolider le positionnement de HPS sur les marchés où intervient ACPQualife, notamment le marché européen, de s’appuyer sur cette société pour développer son produit monétique «PowerCard», ainsi que de compléter son offre par un module développé par ACPQualife, le logiciel Vision, qui intervient en amont de la chaîne de valeur.