Focus de la semaine 13/07/2009

La Bourse de Casablanca aborde l’été sans conviction. Le Masi a en effet clôturé la première semaine de juillet sur une baisse de 2,58%, à  11 315,36 points dans un faible volume moyen quotidien de 255 MDH sur le marché central.

Bourse : les prévisions à moyen terme restent haussières malgré la baisse de début juillet
La Bourse de Casablanca aborde l’été sans conviction. Le Masi a en effet clôturé la première semaine de juillet sur une baisse de 2,58%, à 11 315,36 points dans un faible volume moyen quotidien de 255 MDH sur le marché central. Mais de l’avis des analystes, il ne s’agit là que d’un ralentissement ponctuel, habituel en cette période de l’année. De fait, à moyen terme, le marché devrait poursuivre son trend haussier qui s’est bien affirmé en juin. Durant ce dernier mois, le Masi a bénéficié d’une croissance de 5,12%. Une évolution qui tranche clairement avec celle du mois de mai et qui témoigne d’un regain d’intérêt des investisseurs, selon les analystes.
Cela a été très profitable au marché. Selon Attijari Intermédiation, «la hausse a été saine dans la mesure où elle a principalement concerné des valeurs offrant une décote et des multiples intéressants tout en excluant les valeurs les plus chères de la cote, à savoir CGI et BMCE Bank». Et avec tout cela, le potentiel de certaines valeurs n’est toujours pas épuisé. CMT, Addoha, Alliances et Delta Holding sont notamment citées par les analystes d’Attijari.
 
La nouvelle circulaire du CDVM pour la diffusion d’informations entrera en vigueur le 15 juillet
La nouvelle circulaire du CDVM réglementant la diffusion d’informations financières par les personnes morales faisant appel public à l’épargne devrait entrer en vigueur le 15 juillet courant. Entre autres nouveaux apports, la circulaire impose aux émetteurs détenant des filiales et recourant à l’épargne publique de présenter des comptes consolidés dans les notes d’information expliquant leurs opérations. Autre nouvelle obligation, les informations contenues dans les états financiers semestriels devront désormais être présentées de manière à faciliter la comparaison avec les états de synthèse annuels de l’exercice précédent.
S’agissant toujours des comptes semestriels, une mesure de flexibilité dispense les émetteurs de publier ce type de compte relatif aux six derniers mois d’un exercice donné, lorsqu’ils peuvent publier des comptes annuels dans les trois mois suivant la clôture du même exercice.
Enfin, une dernière disposition apporte une solution aux difficultés rencontrées par les émetteurs étrangers, qui font appel public à l’épargne à travers une opération financière au profit des salariés de leur filiale au Maroc, difficultés ayant notamment trait à la mise en œuvre des obligations de publication et de transmission des états financiers.
Désormais, les émetteurs étrangers doivent désigner un correspondant établi au Maroc, habilité à recevoir toutes correspondances de la part du CDVM. Le correspondant aura à transmettre au gendarme boursier tous documents et informations prévus par les dispositions légales et réglementaires relatives à l’appel public à l’épargne.

Le taux minimum de rémunération des comptes sur carnet baisse à 3,11%
Le taux minimum appliqué par les banques aux comptes sur carnet a été fixé à 3,11% au titre du second semestre 2009. Cela le ramène à 18 points de base en dessous du taux fixé tout le long du premier semestre 2009 (3,29%). A noter que ce recul est à lier à la tendance baissière des taux des bons du Trésor durant les six derniers mois, notamment ceux à 52 semaines qui servent de base au calcul du taux de rémunération des comptes sur carnet n