Focus de la semaine

Telle est la déclaration faite par le Crédit immobilier et hôtelier (CIH) et MaghrebTitrisation à  l’issue de la plus importante opération de titrisation qu’ait connue le marché financier marocain et qui a été bouclée avec succès.

L’opération de titrisation du CIH bouclée avec succès
«Grand message de maturité et de rationalité envoyé par le marché».Telle est la déclaration faite par le Crédit immobilier et hôtelier (CIH) et MaghrebTitrisation à l’issue de la plus importante opération de titrisation qu’ait connue le marché financier marocain et qui a été bouclée avec succès. Pour ces deux entités, filiales de la CDG, les investisseurs n’ont pas été influencés par la publicité négative dont fait l’objet la titrisation et se sont uniquement intéressés à la qualité intrinsèque des obligations émises.
Pour rappel, cette opération porte sur la cession par le CIH d’un portefeuille de prêts habitat pour un montant de 1,5 milliard de DH à un Fonds de placement collectif en titrisation (FCPT) dénommé Crédilog III. Pour financer cette acquisition, ce fonds a émis deux catégories d’obligations, les premières étant prioritaires et réparties en deux tranches (A1 et A2), et les secondes spécifiques (ou subordonnées).
Ce sont les compagnies d’assurance qui ont manifesté le plus grand intérêt à cette opération en souscrivant pour 737 MDH d’obligations, soit quasiment la moitié de l’offre. Elles sont suivies par les OPCVMavec 525MDH de souscriptions (35% de l’offre), les personnes morales de différentes natures avec 217 MDH (14,5%) et enfin les établissements de crédit avec 21 MDH.

Emprunts obligataires : bientôt la BCP après Samir et la SNI
On croyait la salve d’emprunts obligataires lancée en cette fin d’année 2008 épuisée. Les interventions d’ultimes retardataires indiquent que non. Le raffineur Samir et le holding SNI viennent en effet de lancer leurs opérations. De même, la Banque centrale populaire (BCP) s’aligne et devrait lancer son emprunt début 2009. Pour cette dernière émission, les modalités seront définies lors de l’assemblée générale de la banque prévue le 15 janvier 2009. Il est en tout cas question d’une levée de fonds par un ou plusieurs emprunts obligataires avec ou sans appel public à l’épargne, à hauteur de 3 milliards de DH pour une durée de cinq ans. La Samir, quant à elle, autorisée par le CDVM le 18 décembre dernier, souhaite placer pour 800 millions de DH d’obligations. Lamaturité des titres a été fixée à 7 ans avec une prime de risque de 150 points de base et un taux d’intérêt nominal de 5,2%. L’émission de la SNI, enfin, a été autorisée à la même date pour un montant de 1,2 milliard de DH. Les titres sont assortis d’un taux nominal de 5,2%, bénéficiant d’une prime de risque de 95 points de base, le tout courant sur 5 ans.

Les valeurs immobilières cotées en Bourse redressent la barre
Avertissement sur résultats et panique du marché, contamination psychologique par le secteur immobilier mondial… Les temps ont été durs dernièrement pour les valeurs immobilières cotées en Bourse : Addoha, Alliances et CGI. Mais 2008 pourrait s’achever sur une note plus clémente. En effet, Addoha, qui touchait le fond à 98 DH le 4 décembre dernier, repartait à 127 DH le 22 du mois. Sur la même période,Alliances, qui a piqué du nez jusqu’à moins de 560 DH, flirte à présent avec les 690 DH. Et CGI, qui a enchaîné jusqu’à maintenant les pics et les creux de performance, semble enfin maintenir un cap haussier à 2 200 DH. Rappelons toutefois que cette embellie est en grande partie le fait des programmes de rachat (surtout pour CGI et Addoha) qui ne sont plus contraints, de manière dérogatoire, par une limite inférieure d’intervention.