Feu vert de l’AMMC pour la fusion- absorption Lafarge Ciments-Holcim Maroc

Le montant net de la prime de fusion s’élève à 8,2 milliards de DH. A l’issue de l’opération, Lafarge Maroc contrôlera 64,76% du capital et des droits de vote de LafargeHolcim Maroc. Proposition de distribution d’un dividende exceptionnel suite à la fusion.

Le projet d’envergure portant sur la fusion-absorption de Holcim Maroc par Lafarge Ciments a enfin obtenu le feu vert de l’autorité du marché. L’AMMC a en effet visé, vendredi 24 juin, la note d’information relative à l’augmentation de capital de Lafarge Ciments réservée aux actionnaires de Holcim Maroc. Cette opération s’inscrit dans le cadre de l’accord du 17 mars 2016, conclu entre le groupe LafargeHolcim et la SNI dans le but de fusionner les deux acteurs historiques du marché des matériaux de construction du pays.

D’après le communiqué de l’Autorité marocaine du marché des capitaux, l’opération est réservée aux actionnaires actuels de Holcim et porte sur 5 935 512 actions, échangeables le 23 juillet et émises selon une parité d’échange de 1,2 action de Lafarge Ciments pour 1action Holcim Maroc (soit 6 actions Lafarge Ciments pour 5 actions Holcim Maroc). Le montant global s’élève à 9,1 milliards de DH, soit un prix d’émission par action de 1 539,17 DH et une valeur nominale de 30 DH par action. La différence entre le montant total de l’apport et le montant de l’augmentation de capital (178 MDH) constitue la prime de fusion d’un montant brut, y compris les réserves d’investissement, de 8,9 milliards de DH. Après affectation d’un montant de 684 MDH au compte «réserve d’investissement», le montant net de la prime de fusion s’élève à 8,2 milliards de DH. In fine, le nombre total d’actions composant le capital social de Lafarge Ciments passe de 17 469 113 à 23 404 625 actions.

Il est à noter que LafargeHolcim et SNI procéderont, immédiatement après la fusion, à des opérations de rééquilibrage des participations afin de maintenir une détention paritaire du capital social de Lafarge Maroc entre ces deux groupes, et permettre à cette dernière de conserver la majorité du capital social et le contrôle de LafargeHolcim Maroc. Ainsi, ces opérations se déclineront en deux étapes: la première consistera à céder, à la SNI, la moitié des actions nouvelles LafargeHolcim Maroc qui seront reçues par les entités du groupe LafargeHolcim à l’issue de la fusion. La seconde portera sur l’apport des actions nouvelles LafargeHolcim Maroc -qui seront détenues par la SNI et le groupe LafargeHolcim – au profit de Lafarge Maroc, en rémunération duquel les apporteurs recevront des actions nouvelles Lafarge Maroc.

A l’issue de ces opérations visant le rééquilibrage des participations, Lafarge Maroc, dont le capital devrait être détenu à parts égales entre les groupes SNI et LafargeHolcim, devrait elle-même détenir 64,76% du capital et des droits de vote de LafargeHolcim Maroc.

Dès la réalisation de la fusion, LafargeHolcim et SNI proposeront au Conseil d’Administration de l’entité fusionnée, LafargeHolcim Maroc, la distribution d’un dividende exceptionnel prélevé sur la prime de fusion.

Pour la SNI, l’opération est synonyme d’une première concrétisation de son évolution vers un fonds d’investissement panafricain à long terme, annoncée à fin 2014, prenant des participations dans des projets structurants aussi bien au Maroc qu’en Afrique subsaharienne. Rappelons que les deux sociétés (SNI et LafargeHolcim) avaient annoncé dans un communiqué conjoint, en mars dernier, la création d’une filiale commune en Afrique subsaharienne , dénommée LH Maroc Afrique qui a pour ambition de devenir un acteur majeur des matériaux de construction dans la zone de partenariat et un leader dans chacun des pays où elle opérera. La filiale va investir dans la production de ciments et de clinker et développer des synergies avec LafargeHolcim Maroc notamment à travers l’exportation de clinker ou de ciment à partir du Maroc. Concernant ses débouchés, la filiale va cibler les marchés africains francophones : Burkina-Faso, Côte-d’Ivoire, Gabon, Mali, Mauritanie, RDC, Congo et Sénégal.

Par ailleurs ce rapprochement constitue, pour LafargeHolcim une des dernières étapes importantes de la fusion opérationnelle de Lafarge et de Holcim, entamée lors de la création du Groupe LafargeHolcim. Rappelons que le chiffre d’affaires combiné des deux sociétés représentera plus de 8 milliards de DH, selon le communiqué diffusé en mars dernier. LafargeHolcim Maroc restera cotée en bourse et constituera la première capitalisation boursière industrielle de la Bourse de Casablanca et le deuxième groupe cimentier coté en Afrique. Dans ce contexte, une étude d’Attijariwafa Intermédiation en 2015 a évalué la capacité de production du nouveau group  à environ 56% de la capacité globale du pays ; soit 11,2 millions de tonnes sur un total de 19,9 millions de tonnes.