En dépit d’une évolution boursière laborieuse, le titre promet

Ces dernières semaines, l’action Label Vie en a donné des sueurs froides à  ses détenteurs. Non contente de s’être inscrite à  la baisse de près de 1,2%, sur toute la période du 11 juin au 12 juillet

Ces dernières semaines, l’action Label Vie en a donné des sueurs froides  à ses détenteurs. Non contente de s’être inscrite à la baisse de près de 1,2%, sur toute la période du 11 juin au 12 juillet (ce qui a fait passer son cours de 1 168 à 1 154 DH), l’action a connu dans l’intervalle deux chutes brutales qui l’ont enfoncée   d’abord à un niveau de cours de 1 130 puis à 1 119 DH atteints respectivement les 16 et 23 juin. Du jamais vu depuis les baisses brutales enregistrées par le titre quelques semaines après son introduction en Bourse il y a un an qui, pour rappel, avait été entourée de rumeurs persistantes de cherté.
De là à en déduire que l’horizon boursier de la chaîne de grande distribution est sombre, il n’y a qu’un pas… que BMCE Capital Bourse n’a pas franchi. Bien au contraire, la société recommande de conserver le titre Label Vie avec un cours cible de 1 216 DH. Ce qui dans le contexte baissier du titre laisse apparaître une décote de 5,37% sur la base du cours  observé le 12 juillet à 1 154 DH.
C’est que, selon les analystes de BMCE, l’introduction en Bourse de Label Vie a constitué une occasion pour le groupe de se donner les moyens de son développement. Un opportunisme que consolident les forces structurelles du groupe illustrées notamment par une politique promotionnelle soutenue visant le renforcement de la fréquentation et du panier moyen, des effets de synergie avec les autres filiales de la société mère du groupe, notamment la filiale immobilière Best Real Estate et enfin un partenariat avec le distributeur français Carrefour. Des forces qui sont toutefois amoindries par le faible maillage territorial caractérisé par une concentration des magasins sur l’axe Casablanca-Rabat.
Néanmoins, Label Vie peut toujours s’appuyer sur des opportunités présentées par son environnement, tel que le fait d’opérer dans un secteur à fort potentiel de croissance sous-exploité, un projet d’externalisation de sa plate-forme centralisée, un important programme d’extension de son réseau de points de vente à travers tout le Royaume (à relever à ce titre les projets d’ouverture de deux nouveaux magasins à Salé et à la Corniche de Casablanca, projets d’ouverture qui n’ont par ailleurs pas été intégrés dans la valorisation du titre) et enfin une nouvelle orientation vers la distribution multi-format (supermarchés, franchises et hypermarchés). A charge pour le management de s’appuyer sur ces opportunités pour contrer des menaces bien présentes. A commencer par l’acharnement de la concurrence avec la présence de grandes enseignes, notamment Metro, Marjane et Acima et, plus récemment, le turc BIM qui progresse à vue d’oeil. A cela s’ajoute le risque d’affaiblissement du pouvoir d’achat, le caractère non structuré du secteur avec la prédominance de circuits traditionnels qu’il connaît.