Des réalisations opérationnelles probantes mais un RNpg en baisse

le groupe BMCE parvient à  orienter la majorité de ses indicateurs à  la hausse en 2008, mais subit tout de même une légère décrue de son résultat net part du groupe.

Dans un contexte d’investissements significatifs et de facteurs contraignants en Europe, le groupe BMCE parvient à orienter la majorité de ses indicateurs à la hausse en 2008, mais subit tout de même une légère décrue de son résultat net part du groupe.
Mais, d’abord, le groupe bénéficie d’une augmentation marquée des dépôts et crédits à la clientèle. Ceux-ci progressent dans l’ordre de 13,6% et de 19,6% pour s’établir à fin 2008 à 88,7 milliards de DH et 58,6 milliards de DH. Cette croissance est le fruit de la poursuite de l’investissement dans le maillage du réseau de distribution, avec l’ouverture d’une centaine d’agences en 2008. A noter que la part de marché des dépôts à la clientèle de BMCE, inscrite cette année en légère appréciation, s’élève à 14,6%. A l’inverse, la part de marché des crédits à la clientèle, en faible recul, se maintient à 13,1%. Sur le même registre des crédits, signalons une amélioration sensible du taux de contentieux sur l’activité au Maroc qui passe de 4,4% à 3,97%.
S’agissant des autres indicateurs, une augmentation substancielle de 41,1% est à relever du côté du produit net bancaire consolidé. Etabli à 6 milliards de DH, celui-ci est en grande partie tiré par la croissance de la marge d’intérêts (+63,8%) et de la marge sur commissions  (+40,6%). Le résultat brut d’exploitation n’est pas en reste puisqu’à 1,4 milliard de DH, il marque une progression de 46%. L’intégration de Bank of Africa dans le périmètre de consolidation y contribue pour beaucoup. Signalons à ce titre que la stratégie de positionnement en Afrique de BMCE porte ses fruits comme en témoigne la contribution croissante des filiales africaines dans le résultat net du groupe à hauteur de 16% (dont 12% pour la seule Bank of Africa).
Cependant, et comme signalé auparavant, le résultat net part du groupe ressort en légère baisse de 2,6% à 830,4 MDH. Une régression que le management justifie par le contexte de contreperformances boursières au Maroc et en Europe, par des dotations aux provisions pour écart de conversions de la livre suite au transfert des activités de BMCE Paris à MediCapital Bank et par des investissements significatifs liés à la croissance et au développement du groupe au Maroc. Par ailleurs, il a été décidé la distribution d’un dividende de 3 DH par action.
Maigre consolation pour les détenteurs d’actions BMCE qui sont confrontés ces dernières semaines aux chutes brutales et au trend baissier du titre. Entre le 2 et le 30 mars, la valeur a en effet cédé 7,3%, passant de 247 à 229 DH.  
Pas rassuré le marché par les perspectives du titre ? Pour en justifier l’attrait, le management invoque la poursuite du programme d’extension du réseau de distribution au Maroc, la contribution croissante attendue des filiales africaines et la consolidation des activités européennes.