Delattre levivier maroc : Un potentiel de hausse inépuisé et des ratios boursiers intéressants

L’action Delattre Levivier Maroc (DLM) a démarré l’année 2011 sur une note positive, mais elle a fini par céder à la récente correction du marché boursier, à l’instar de la majorité des valeurs de la cote. Son cours était de 608 DH le 7 février, soit une contre-performance de 1,94% depuis le début de l’année. Cependant, le titre garde tout son attrait pour les investisseurs, à la fois sur le court et le moyen terme. Les analystes portent également un avis favorable sur la valeur, et recommandent de la surpondérer dans les portefeuilles. Ceux de BMCE Capital Bourse lui fixent un objectif de cours de 704 DH, ce qui lui confère un potentiel de croissance de plus de 15% par rapport à son cours du 7 février.
Il faut dire que malgré une reprise lente à l’échelle internationale, le spécialiste des installations métalliques lourdes a su capitaliser sur ses efforts de prospection commerciales pour parvenir à constituer un carnet de commandes estimé, à fin septembre 2010, à plus de 900 MDH, lui garantissant un chiffre d’affaires jusqu’en juin 2011. Dans ces conditions, le top management de DLM table sur un chiffre d’affaires pour l’année 2010 de plus de 650 MDH, ce qui est conforme aux prévisions des analystes. Par ailleurs, la société devrait enregistrer un résultat exceptionnel relatif à la vente d’un terrain à Aïn Sebaâ.
Par segment, le chiffre d’affaires de l’activité ciment de DLM devrait diminuer, à partir de 2011, suite à la livraison de la cimenterie d’Aït Baha de Cimar et celle de Ciments du Sahel au Sénégal. Néanmoins, cette baisse serait compensée par l’augmentation des revenus de l’activité «mines & chimie» suite aux multiples investissements du groupe OCP et des projets miniers d’Areva, ainsi que par les revenus de l’activité éolienne du fait de la signature de contrats de fabrication et d’installation de mâts d’éoliennes dans les régions de Tanger et Laâyoune.
Ainsi, les analystes tablent pour DLM sur la réalisation d’un chiffre d’affaires de 640 MDH en 2010 et de 674 MDH en 2011, soit des progressions respectives de 20% et 5,5%. Le résultat net devrait pour sa part s’élever à 65,4 MDH en 2010 du fait de la plus-value prévue sur la cession du terrain de Aïn Sebaâ, avant de revenir à un niveau plus normal en 2011 (26,5 MDH).
Notons par ailleurs que les ratios boursiers de DLM sont parmi les plus attractifs de la cote, avec notamment un PER 2010 de 5,7 seulement et un rendement de dividende de plus de 9%.