Croissance modeste de l’activité du groupe à  fin septembre

Il en ressort qu’à  fin septembre, le groupe a dégagé un chiffre d’affaires de près de 28,1 MDH, en progression de 2,1% par rapport à  la même période de l’année passée.

Ona vient de publier l’état de son activité au titre des neuf premiers mois de l’année 2009. Il en ressort qu’à fin septembre, le groupe a dégagé un chiffre d’affaires de près de 28,1 MDH, en progression de 2,1% par rapport à la même période de l’année passée.
Signalons qu’à la présentation des réalisations de l’exercice 2008, son président, Moatassem Belghazi, avait présenté un objectif de chiffre d’affaires de 40 milliards de DH pour 2009. Le groupe sera-t-il en ligne avec ses prévisions d’ici la fin de l’année ?   
Pour l’heure, le chiffre d’affaires d’Ona à fin septembre aura été tiré à la hausse par deux filiales seulement : Wana et Centrale Laitière. La première a en effet enregistré une croissance notoire de son parc clients et de son Arpu (revenu moyen par client) sur les trois premiers trimestres de l’année. De même, l’industriel du lait a profité d’une augmentation des ventes sur quasiment tous ses produits.
La hausse de l’activité de ces deux participations, ajoutée à celle du biscuitier Bimo, a compensé le retrait qu’ont subi les filiales agroalimentaires d’Ona. Celles-ci affichent en effet une baisse de 0,9% de leurs volumes, à 11,7 milliards de DH.
En mauvais contributeur au chiffre d’affaires agroalimentaire, Cosumar a enregistré une baisse de ses ventes de sucre au niveau de Sunabel et de Surac, en lien avec le recul de la production suite aux inondations exceptionnelles observées en début d’année. Le spécialiste des huiles de table, Lesieur, a pour sa part pâti d’une baisse des prix de vente en répercussion de la diminution du prix d’achat des matières premières.
D’autant plus dégradée, l’activité minière marque une baisse de 3,7% à près de 1,6 milliard de DH. En cause, Managem qui est toujours en proie à la baisse des cours des métaux, mais qui a profité toutefois de l’amélioration de la parité de change moyenne, de la hausse des volumes vendus de certains métaux ainsi que de l’amélioration du prix de vente moyen de l’argent.       
Au rang des mauvais élèves également, la grande distribution encaisse un ralentissement d’activité en raison de la stagnation de la consommation des ménages et l’intensification de la concurrence. Dans le même registre, la distribution automobile accumule un retard en raison de la régression du marché local. De tout cela résulte un léger retrait de l’activité de distribution de 0,8%, à 12,4 milliards de DH.
Baisse enfin beaucoup plus marquée pour les participations du groupe dans l’immobilier qui affichent une chute aggravée de 55,2% en raison de la morosité du segment touristique de luxe.
Tout cela n’est pas pour stabiliser le cours d’Ona en Bourse. Entre le 15 octobre et le 16 novembre 2009, il a déjà accusé une baisse de 7,3%.