Crédit conso : le secteur rallonge sa période de promos pour renouer avec la croissance

Les offres préférentielles des sociétés de financement lancées depuis avril n’ont pas fait redécoller l’activité comme attendu.
Le marché est en baisse de 10% par rapport à  2008.
Banc d’essai: ce que vous payez pour un prêt personnel de 20 000 DH sur 2 ans.

Les soldes vont visiblement se prolonger pour le secteur du crédit à la consommation. Depuis avril dernier, les sociétés de financement se sont lancées dans des campagnes promotionnelles généralisées. Objectif : dynamiser une activité qui jusqu’à fin juin affichait une baisse de 3% par rapport à la même période de 2008.
Mais en dépit de l’agressivité de ces campagnes, et malgré les périodes de grande consommation que représentent habituellement l’été, le mois de ramadan et la rentrée, le redécollage espéré n’a pas eu lieu. L’activité du secteur a donc continué à décliner tant et si bien que «la baisse s’est aggravée pour atteindre 10% actuellement», rapporte un professionnel. Conséquence : les sociétés de financement se voient contraintes de maintenir leur effort promotionnel. «Avec la même force si ce n’est plus», renchérit Mohammed Sbihi, directeur du département commercial & marketing à Salafin.
Le prêt auto, spécifiquement, devrait faire l’objet d’un effort particulier de la part des sociétés de crédit. Cela est déjà visible à travers des campagnes qui ont été lancées par certaines sociétés. Et «toutes les autres sont en train de ficeler une offre préférentielle pour ce type de financement», confirme un autre professionnel. La raison en est que le crédit auto est particulièrement sinistré, conséquence logique du recul des ventes de voitures neuves importées montées de 14,7% à fin août 2009.
Mis à part le prêt auto, les offres de crédits non affectés (prêt personnel) continuent elles aussi d’être assorties de plusieurs avantages pour convaincre la clientèle.

Le prêt personnel le plus demandé porte sur un montant de 30 000 DH remboursable sur 3 ans
Certaines sociétés ont en effet fait descendre la barre des taux très bas : jusqu’à 6,9% hors taxe chez Eqdom par exemple. Mais attention, ces taux exceptionnellement bas ne sont appliqués que dans le cadre de solutions à durée et montant fixés à l’avance par les sociétés de financement elles-mêmes. Pour établir ces offres, les sociétés essaient de s’aligner sur la solution la plus demandée par la clientèle, à savoir un montant de l’ordre de 30 000 DH remboursable sur 3 ans. Pourquoi cette formule reste la plus prisée ?
Il faut savoir que la plus grande partie des demandeurs de crédits à la consommation est constituée de clients percevant un revenu mensuel moyen de 4500 DH. Or, un prêt de 30000 DH remboursable sur 3 ans permet à cette cible de contenir son taux d’endettement à une proportion gérable. En effet, cette formule aboutit à une mensualité de 900 DH, ce qui représente 20% d’un revenu mensuel de 4 500 DH.
En dehors de ces offres préétablies, les clients qui souhaitent accéder à des montants et des durées de remboursement plus importants se voient appliquer des conditions standards intégrant des niveaux de taux bien plus élevés qui vont jusqu’à 14%.
Mais sous certaines conditions, ils peuvent bénéficier d’autres avantages. La politique de Cetelem récompense par exemple l’ancienneté. Pour un crédit sur 5 ans, la société applique à ses anciens clients un taux de 9% au lieu des 14% que supporte tout nouveau client. En plus de cela, les emprunteurs qui cumulent un historique avec la société bénéficient d’une réponse à leur demande de crédit dans un délai de 10 minutes et se voient remettre un chèque sur place en cas d’acceptation de leur demande.
A l’inverse, Acred privilégie les nouveaux clients. Ces derniers se voient en effet appliquer un taux avantageux de 9,5% sur les prêts à 5 ans et ils bénéficient de la durée de financement la plus élevée sur le marché, à savoir 84 mois.