COSUMAR : La valeur est à  accumuler dans les portefeuilles, selon BMCE Capital Bourse

Un sucrier aux marges intéressantes. Tel est, en résumé, l’opinion des analystes de BMCE Capital Bourse qui viennent de consacrer leur dernière note de recherche à la valeur Cosumar. La société de Bourse recommande désormais d’accumuler le titre dans les portefeuilles, avec une valorisation qui ressort à 1 770 DH. Au vu du cours boursier de 1 591 DH, atteint le 23 août, le potentiel de croissance s’établit donc à plus de 11%. Une performance que la valeur peut facilement atteindre, voire dépasser durant les prochains mois, d’autant plus que la demande sur le titre reste importante, même s’il affiche une hausse de plus de 27% depuis le début de l’année, et que ses multiples boursiers demeurent des plus intéressants. En effet, le cours de Cosumar représente à peine 10,5 fois les bénéfices estimés pour 2010, contre 16,9 fois pour le marché, et son rendement de dividende est à 6,5% contre 3,6% pour l’ensemble de la cote.

Sur un plan plus fondamental, l’argumentaire des analystes de BMCE Capital regorge d’éléments positifs concernant la valeur. La société de Bourse estime que Cosumar, opérateur sucrier national exerçant un monopole de fait sur le secteur, a poursuivi son programme de mise à niveau et de modernisation au cours des dernières années en consolidant ses acquis et en capitalisant sur ses compétences. «Grâce à la mise en œuvre progressive du projet Indimage 2012 et à une bonne maîtrise des performances opérationnelles et des synergies déployées tant sur le plan industriel que commercial, le groupe parvient à maintenir des niveaux de marges satisfaisants», affirment les analystes.

En effet, à travers ses filiales installées à proximité des cultures sucrières, Cosumar assure l’approvisionnement de l’ensemble des villes du Royaume tout en optimisant ses coûts de distribution. En outre, compte tenu du caractère socialement stratégique du sucre, les ventes de cette denrée bénéficient d’une subvention permettant de les commercialiser à des prix soutenus.

Sur le plan financier, le groupe affiche des indicateurs de rentabilité et des marges globalement favorables, ainsi qu’une trésorerie nette en redressement. Et en dépit de l’intensification des investissements notamment de modernisatin des installations industrielles, Cosumar parvient à maintenir son gearing à un niveau raisonnable (inférieur à 30%).

Côté perspectives, et en matière de croissance externe, le groupe serait en prospection pour profiter des prises de participation dans le capital d’un ou plusieurs sucriers à l’international. Concernant les perspectives financières, BMCE Capital table sur un chiffre d’affaires consolidé de 5,64 milliards de DH en 2010 pour un résultat net part du groupe de 609 MDH (+8,6%). En 2011, les recettes consolidées devraient atteindre 5,84 milliards de DH et le bénéfice 650 MDH.