Comment se retrouver dans un océan de cartes bancaires

Les cartes d’entrée de gamme permettent des retraits et des paiements allant respectivement jusqu’à  6 000 DH par jour et 30 000 DH par mois.De gamme supérieure, les cartes premium, Gold ou Platinium offrent un plafond plus élevé allant jusqu’à  500 000 DH par mois. Le détenteur peut bénéficier de réductions tarifaires dans plusieurs commerces.

Les banques proposent une offre de cartes bancaires tellement large au moment de l’ouverture d’un compte qu’il devient difficile pour certains clients de savoir pour quel produit souscrire. Ce segment de services est en effet très disputé par les banques en raison de la valeur ajoutée qu’il offre à la clientèle. La concurrence est telle que tous les établissements, du moins les plus grands du secteur, innovent pour ne pas perdre des parts de marché.

Globalement, l’offre de cartes bancaires est structurée en plusieurs gammes adaptées au profil du client ainsi qu’à la taille et au nombre des mouvements qu’il est susceptible d’opérer. Au-delà des cartes classiques destinées aux cadres à revenu moyen, les banques proposent des cartes de gamme supérieure à mesure que les rentrées financières augmentent et que le client exige davantage de prestations. Même au niveau des cartes entrée de gamme, les banques innovent. Un client peut personnaliser sa carte en y introduisant un thème selon son goût, comme c’est le cas pour Attijariwafa bank qui propose des cartes avec des dessins sous forme de graffitis traditionnels.

Face à cette multitude de cartes bancaires, il a été utile de faire un tour d’horizon au niveau des banques de la place pour dresser la typologie des cartes, les prestations offertes ainsi que les critères d’éligibilité.

De prime abord, les banques mettent à la disposition de leur clientèle grand public des cartes bancaires classiques avec des prestations de base se limitant aux retrait et paiement des achats et des factures. Le retrait d’espèces est par exemple plafonné à 5 000 DH par jour chez Attijariwafa bank et la Banque Populaire, à 6 000 DH chez BMCE Bank et à 3 000 DH chez la BMCI. Le plafond des paiements auprès des commerçants agréés diffère lui aussi selon les banques. Il est par exemple de 7 500 DH par semaine chez la BMCI, de 15 000 DH par mois chez Attijariwafa bank et de 5 000 DH par jour chez la Banque Populaire avec un plafond mensuel de 50 000 DH. Cela dit, ces plafonds peuvent être adaptés selon les besoins du client. Il suffit que ce dernier adresse une lettre à son banquier qui ne peut accepter la demande de dépassement qu’à condition d’en informer la direction régionale.

En plus du retrait et du paiement, ce type de cartes permet la consultation du solde du compte et l’historique des opérations, le paiement des factures de services (téléphone, eau, électricité…), la commande de chéquier ainsi que la modification du code confidentiel. En plus de cela, BMCE Bank et Attijariwafa bank se démarquent en offrant la possibilité de virement de compte à compte ou encore la recharge des cartes  de paiement pré-payées.

Et c’est justement l’étendue des prestations inclues dans les cartes qui fait la différence entre les banques en terme de tarification. En effet, ces cartes sont facturées entre 75 DH et 110 DH par an chez Attijariwafa bank selon la capacité de retrait et de paiement choisie. La banque précise qu’il faut 20 DH supplémentaires pour personnaliser le design de sa carte bancaire. Pour sa part, la BMCI fixe le coût de ses services entre 110 DH et 165 DH, alors que la Société Générale les facture à 100 DH. La Banque Populaire, elle, fixe un prix variant de 50 DH à 79 DH.
En plus de ces cartes classiques, les banques ont mis en place des cartes destinées à une clientèle supérieure, à besoins spécifiques notamment en matière de capacité de retrait et de paiement. Allusion faite à la carte Premium qui offre un certain nombre de prestations au delà des deux fonctionnalités principales (retrait et paiement).

Ainsi, auprès de la Société Générale, cette carte bancaire à usage national permet des retraits d’espèces avec des plafonds allant jusqu’à 50 000 DH par semaine, au moment où le plafond de retrait est fixé à 15 000 DH par jour chez Attijariwafa bank. En plus des avantages de la carte classique, la gamme Premium permet de bénéficier de réductions tarifaires auprès d’hôtels, de restaurants, de spas… Elle peut également être assortie d’une facilité de caisse allant de 10 000 DH à 50 000 DH.

La carte coûte par exemple 380 DH par an chez Attjariwafa bank au moment où la Société Générale la facture à 1 000 DH. Elle est destinée aux clients justifiant d’un revenu mensuel fixe de 20 000 DH au moins. Toutefois, un chargé de clientèle souligne : «Cette exigence de revenu n’est pas automatiquement imposée. Nous nous basons surtout sur les avoirs du client à la banque. Par exemple, si un client dispose d’un portefeuille titres de 1 MDH ou si son compte bancaire enregistre des mouvements importants, nous pouvons lui accorder cette carte même avec un salaire inférieur à cette exigence».
Cela va de soi pour les autres cartes destinées à la clientèle haut de gamme, à l’instar de la carte Gold et la Platinium. Il faut noter tout de même que les gammes de cartes, les fonctionnalités et les conditions d’éligibilité diffèrent d’une banque à une autre. Par exemple, le CIH exige que le titulaire de la carte Gold ait un salaire mensuel d’au moins 15 000 DH au moment où Attjariwafa fixe le salaire minimum du demandeur de la carte à 30 000 DH. En revanche, on peut accéder aux services de la carte à partir d’un salaire de 7 000 DH à la Banque Populaire.

En tout cas, la gamme Gold s’adresse aux cadres dirigeants, aux entrepreneurs et patrons de sociétés dont les besoins en termes de liquidités sont supérieurs à ce qui est proposé sur les deux premiers types de cartes. Attijariwafa situe le plafond de retrait à 30 000 DH par jour contre 5 000 DH pour la BMCI et 20 000 DH par semaine pour la Société Générale. Parallèlement, un client ne peut effectuer des achats qu’à concurrence de 30 000 DH par semaine aussi bien auprès de la filiale marocaine de BNP Paribas que chez BMCE Bank, ou encore 49 500 DH pour la Société Générale. Par ailleurs, si elle coûte 500 DH par an auprès de cette dernière banque, la carte Gold vaut 550 DH chez BMCE Bank, 430 DH chez la BMCI et pas moins de 1000 DH à Attijariwafa bank.

Au-delà de ces produits, il existe un autre type de cartes destinées à la clientèle fortunée. Elles permettent un paiement à débit différé à la fin du mois et sont utilisables au Maroc seulement. Elles ne sont pas commercialisées chez toutes les banques mais Attijariwafa bank, BMCE Bank, la BMCI et la BCP les proposent.
Les plafonds de retrait et de paiement peuvent atteindre 500 000 DH par mois chez BMCE Bank. Ce plafond est moins élevé auprès de la BMCI où la capacité de retrait va jusqu’à 10 000 DH par jour, soit 300 000 DH par mois et celle de paiement avoisine 70 000 DH par semaine. Par ailleurs, le détenteur de la carte peut tirer profit de plusieurs privilèges auprès des établissements membres, à savoir les hôtels, les restaurants, les lieux de loisirs… comme il peut bénéficier des services d’assistance. De plus, il peut bénéficier auprès d’Attijariwafa bank de facilités de caisse automatiques (sans en faire la demande) d’un montant de 150 000 DH.

Pour détenir cette carte, il faudra débourser 1 200 DH par an chez la BCP, 1 090 DH chez la BMCI et 1 950 DH chez Attijariwafa.
Quoi qu’il en soit, ces cartes ont une durée de validité de 2 ou 4 ans selon la banque, renouvelable par tacite reconduction. Cependant, la BMCI précise que le renouvellement s’effectue avant la date d’échéance de la carte, sauf avis contraire de la banque ou du client, par écrit, deux mois avant l’échéance.