Colorado continue de résister au ralentissement du secteur du BTP

Les revenus ont reculé de 9% au premier semestre, à  272 MDH. L’optimisation des charges a permis au bénéfice net de limiter sa baisse à  1,3%. La société compte se développer en Afrique du Nord et de l’Ouest et au Moyen-Orient.

Le contexte économique n’est toujours pas favorable pour l’industriel de la peinture Colorado. En effet, l’activité du bâtiment est toujours en retrait à fin juin, avec une baisse de 1,3% de la consommation du ciment et une diminution de 21,6% du nombre de logements mis en chantier. De plus, nombre de sociétés de bâtiment sont en difficulté. Dans ces conditions, Colorado a enregistré une baisse des volumes vendus de 10%, à 20 958 tonnes. Le chiffre d’affaires s’est ainsi contracté de 9% pour s’établir à 272 MDH. Au moment où les revenus sur le marché local ont reculé de 10%, à 257 MDH, l’activité à l’export, elle, a crû de 15,2%, à près de 15 MDH, soit 5% du chiffre d’affaires global. Et si le segment des peintures pour bâtiments souffre, affichant un recul de 10,2%, à 261 MDH, celui des peintures pour carrosserie a, en revanche, augmenté ses revenus de 34% pour atteindre 11MDH.

Face à cette situation, Colorado a misé sur l’optimisation des charges d’exploitation pour limiter la baisse du résultat d’exploitation à 2%, à 53 MDH. En plus de la baisse des provisions pour dépréciation du poste clients, l’industriel a profité du recul des prix de certaines matières premières et aussi d’une meilleure négociation des prix des intrants. Pour preuve, la marge brute sur achats consommés a gagné 2 points, à 47%.

Par ailleurs, le résultat financier a légèrement amélioré son déficit à 3 MDH contre 3,7 MDH une année auparavant, et ce, grâce au repli des charges d’intérêt et des escomptes de règlement accordés aux clients. 

Au final, le résultat net n’a baissé que de 1,3% pour totaliser 36,3 MDH consécutivement à la légère baisse du résultat d’exploitation, à l’amélioration du déficit du résultat financier mais aussi grâce à la performance du résultat non courant. Il est passé de 0,8 MDH à 1,8 MDH en dépit de l’aggravation des pertes sur créances irrécouvrables (3 MDH contre 0,2MDH). En fait, la société a procédé à une reprise sur provision pour impôt constituée en 2014 de l’ordre de 3,5 MDH, relative aux droits de timbre acquittés durant le semestre passé. En tout cas, la marge nette a gagné 1,4% pour s’installer à 13,4%.

Compte tenu de ces réalisations et même si le secteur du BTP reste en berne, la société ne compte pas enregistrer une nouvelle baisse de son chiffre d’affaires à la fin de cet exercice. Elle table sur un redressement pour au moins approcher l’équilibre. Pour cela, elle envisage de poursuivre le développement de l’activité à l’export et lancer de nouveaux produits dans la gamme décorative et industrie. A côté, elle prévoit de conquérir de nouveaux marchés pour développer son activité à l’export en Afrique du Nord et de l’Ouest et au Moyen-Orient essentiellement. Enfin, elle compte porter la part de l’activité carrosserie à 10% du chiffre d’affaires.