CIMAR : Le cimentier redresse significativement ses résultats opérationnels en 2009

Malgré le tassement de la croissance des ventes de ciment au niveau national, la filiale d’Italcementi cotée en Bourse, Ciments du Maroc, parvient à améliorer de manière significative ses indicateurs opérationnels en 2009. Ses ventes ont certes reculé de 1,2% comparativement à 2008, en raison de la saturation momentanée de ses capacités de production (contre une progression de 3,4% du marché national du ciment), mais l’opérateur réussit quand même à inscrire son chiffre d’affaires net en hausse de 4,4%, à 2,8 milliards de DH. Une augmentation due à la conjugaison de deux facteurs : le renchérissement du prix du ciment en 2009 et la réduction des coûts logistiques suite à la baisse des frais de transport du clinker (matière première du ciment) d’une usine à l’autre.

L’excédent brut d’exploitation arrive, lui, à croître plus rapidement que le chiffre d’affaires, profitant d’un effet de base favorable en 2008. Il s’est établi à 1,35 milliard de DH, marquant une hausse de 40% par rapport à 2008. Le retour à la normale de la production de l’usine de Marrakech, fermée en 2008 pour réparation, la réduction concomitante des achats de clinker et la diminution du prix d’achat des combustibles solides ont permis de réaliser cette forte croissance. La marge sur excédent brut se bonifie ainsi de 12 points pour s’élever à 48,1%. Et grâce à une baisse des dotations aux amortissements, le résultat d’exploitation fait un bond de 54%, à 1,2 milliard de DH.

Intégrant une stabilité des dividendes perçus des filiales et des participations, et une augmentation des frais financiers en raison du financement de la nouvelle usine d’Aït Baha, le résultat financier du cimentier perd 45 MDH par rapport à 2008 pour se fixer à 74 MDH. Mais compte tenu de la constatation d’une reprise de provisions pour investissements industriels, le résultat net parvient à augmenter de plus de 34%, à 1,17 milliard de DH. Compte tenu de ces réalisations, un dividende de 55 DH par action sera distribué aux actionnaires. Un dividende en hausse de 10% par rapport à 2008 malgré les besoins de la société, mais il faut dire que l’augmentation de ses capitaux propres et de son endettement net assureront le financement de ses investissements.

Sur ce plan, le management de Ciments du Maroc assure que la construction de la nouvelle usine d’Aït Baha d’une capacité de 2,2 millions de tonnes se poursuit dans le respect des délais et du budget. Le premier broyeur de ciment de l’usine a démarré en novembre 2009, et le démarrage du four et du second broyeur est prévu à la fin du premier semestre 2010. Par ailleurs, pour répondre aux besoins futurs du marché, l’opérateur a décidé la construction d’une nouvelle usine à Marrakech. Et pour améliorer ses parts de marché, il a décidé l’extension de son dispositif industriel dans les régions Centre et Nord du pays.