Changement de banque : pesez le pour et le contre !

Le plus souvent, c’est en changeant de job que l’on change de banque.
Divorcer de sa banque est une procédure longue, fastidieuse et relativement
coûteuse.
Les choses se compliquent lorsque vous avez un crédit immobilier.

Divorcer de son banquier est une procédure souvent longue, rebutante et, qui plus est, relativement coûteuse – et ce n’est pas les banques qui s’en plaindront. Ceci dit, ce n’est pas non plus un parcours du combattant. Armé de beaucoup de patience et correctement préparé, vous pouvez assez facilement vous défaire des liens qui vous attachent à votre actuelle banque pour voir de plus près ce qu’offre la concurrence.
Contrairement aux entreprises qui ont l’habitude d’entretenir des relations privilégiées avec plusieurs banques à la fois, les particuliers sont plutôt «monogames» lorsqu’il s’agit de leur banque . Comme nous l’ont confirmé plusieurs banquiers, les Marocains sont réputés être assez fidèles à leur premier établissement et même à leur agence. Une fidélité souvent forcée dès lors que le client s’encombre de crédits. «Pour nous, le crédit en général, et le crédit immobilier plus spécialement, constituent le meilleur instrument de fidélisation de notre clientèle de particuliers », explique ce directeur d’agence.
Cela dit, plusieurs raisons peuvent pousser une personne à vouloir changer de banque. Les banquiers que nous avons consultés nous ont pratiquement tous affirmé que la majorité des clôtures de compte se font lors d’un changement d’employeur. Normal, les gens ont tendance à ouvrir leur compte bancaire dans l’agence de leur employeur, question de pallier les retards dans l’exécution des virements de salaires et de bénéficier de la relation privilégiée que peut entretenir le directeur financier avec le chef d’agence. Le désir de changer de banque peut également être motivé, mais c’est plus rare, par des raisons plus objectives comme les prix pratiqués.
Il arrive aussi que la qualité du service clientèle soit derrière une décision de changement de banque. En effet, un comptoir souvent bondé, un préposé nonchalant ou un chef d’agence trop occupé pour recevoir ses «petits» clients peuvent devenir, à la longue, une source d’exaspération et une véritable motivation pour aller voir ailleurs. Dans ce cas bien précis, il est souvent plus intéressant de demander un transfert de votre compte vers une autre agence. Vous économiserez ainsi de l’argent et beaucoup d’énergie.
Nous avons tenté d’établir un petit guide du divorce bancaire. Pour chaque catégorie de produits, vous trouverez quelques conseils utiles, prodigués par des banquiers bienveillants qui, vous l’imaginez bien, ont préféré se cantonner dans l’anonymat.

1- Compte courant
Un compte courant n’est pas transférable. Donc, lorsque vous changez de banque, vous êtes obligés d’ouvrir un nouveau compte avec de nouvelles coordonnées bancaires. Avant de clôturer votre ancien compte, assurez-vous que toutes les opérations débitrices (chèques, paiements par carte bancaire, prélèvements automatiques…) que vous avez engagées ont été soldées. Sachez qu’un chèque présenté en paiement sur un compte clôturé équivaut, juridiquement parlant, à un chèque sans provision. Donc, afin d’éviter de vous retrouver dans une situation peu enviable, vérifiez vos talons de chèques. Sachez que la durée de vie d’un chèque est de un an et huit jours à partir de la date d’émission, n’hésitez donc pas à remonter aussi loin que possible dans vos vérifications.
Pour ce qui est des prélèvements automatiques (facture de téléphone, échéance de prêt…), plutôt que de demander inutilement à votre banquier de suspendre les prélèvements sur votre ancien compte, pensez à lister et prévenir à l’avance les organismes effectuant ces prélèvements en leur indiquant le relevé d’identité bancaire (RIB) de votre nouveau compte.
Sachez enfin que les banquiers ne portent pas vraiment dans leur cœur les clients infidèles. C’est pourquoi, dès lors que vous faites savoir à votre banquier que vous êtes sur le départ, n’attendez surtout pas de cadeau de sa part. Dès que vous suspendez le virement de vos revenus sur votre compte (cf. encadré), votre banquier s’empressera de vous retirer certains de vos privilèges comme les découverts bancaires et tous les moyens de paiement qui y donnent droit (cartes de paiement et cartes de crédit).
L’idéal serait de procéder à l’ouverture du nouveau compte et d’obtenir les moyens de paiement nécessaires. Dans le cas où vous êtes dans l’incapacité de fournir l’attestation de domiciliation de salaire, exigez au moins le chéquier et une carte de retrait et de paiement en ligne. 

2- Compte sur carnet

La clôture de votre compte chèques n’entraîne pas forcement celle de votre compte épargne. Toutefois, et vu que la loi ne vous autorise à n’en détenir qu’un seul à la fois, il est souvent plus avantageux d’avoir son compte sur carnet et son compte courant logés dans la même agence. C’est plus pratique, mais aussi plus économique. Les banques facturent rarement des commissions lorsqu’il s’agit des virements en faveur du même client sur la même banque. Avant de clôturer votre compte sur carnet, attendez d’encaisser les intérêts sur le trimestre en cours.

3- Crédit immobilier
Il n’est vraiment pas évident de se défaire de la banque qui a financé votre logement. En effet, cette dernière exigera de se faire rembourser avant de vous laisser partir. Elle ne tolérera même pas que vous viriez le montant de vos mensualités à partir de votre nouveau compte. La domiciliation irrévocable de votre salaire est d’ailleurs là pour la protéger.
Vous avez toutefois la possibilité de faire racheter par la nouvelle banque, souvent à des taux plus intéressants par les temps qui courent, votre crédit immobilier. Pour cela, il faudra présenter à votre nouveau banquier un dossier de crédit. La banque rachète ainsi le capital restant dû et effectue le transfert de l’hypothèque pour son compte, contre un engagement de domiciliation de salaire.
L’opération peut prendre cependant du temps et engendre des frais souvent importants.
Le rachat ne devient intéressant que si vous parvenez à négocier avec votre nouvelle banque un taux sensiblement plus bas.

4- Crédit Personnel
Contrairement au crédit immobilier, vous ne trouverez certainement pas de banque qui rachètera votre crédit personnel. Pour pouvoir clôturer votre compte, il vous faudra alors vous débrouiller tout seul pour rembourser votre banque. Votre nouvelle banque pourra toutefois vous refinancer dès que vous lui présenterez un dossier de crédit complet.

5- Compte titre
Lorsque vous n’avez plus de compte courant dans une banque, il est inutile de garder le reste. Votre compte titre (action, obligations OPCVM) devra donc être transféré, ne serait-ce que pour gagner quelques jours de valeur. La commission de transfert pratiquée généralement tourne autour de 0,2 % de la valeur de votre portefeuille. Il faut compter un délai de 4 jours (prévoir une semaine) pour le dénouement de l’opération.
Pour ce qui est du timing, il vaut mieux attendre la fin de toutes les opérations en cours sur vos titres (distribution de dividendes, distribution d’actions gratuites, augmentations de capital), car cela risque de retarder le transfert de votre portefeuille. Pensez également à attendre le dénouement de tous vos ordres, ou alors annulez-les.
Pour ce qui est de votre portefeuille OPCVM, un dilemme se posera : garder vos participations dans les anciens fonds (en supportant à chaque opération des frais et des délais supplémentaires) ou opter pour les fonds distribués par votre nouvelle banque (payer les commissions de sortie aux anciens fonds et supporter les frais d’entrée aux nouveaux). Un arbitrage s’impose.

6- Contrat d’assurance
Si vous êtes équipé d’un contrat d’assurance, il est actuellement impossible de le transférer vers votre nouvelle banque. Toutefois, les nouvelles dispositions concernant la bancassurance ( nouveau code des assurances qui entrera en application en novembre prochain) rendront la chose possible. En effet, les clients ne seront plus contractuellement liés à la banque, mais uniquement à la compagnie d’assurance. L’épargne retraite ou encore l’épargne-éducation obéissent aux mêmes règles. Il est cependant possible de racheter ce genre de placements et de souscrire à un produit équivalent dans la nouvelle banque, mais jamais sans y laisser quelques plumes.

7- Dépôts à terme
Mettre fin à un dépôt à terme avant échéance revient trop cher. La banque appliquera une pénalité équivalente au taux qui vous a été servi, majorée de 2 % sur la période allant de votre désengagement à l’échéance du DAT. Un conseil : n’y touchez pas.