CGI : des réalisations attendues en nette baisse par rapport à  2013

Le chiffre d’affaires se situerait à  2,6 milliards de DH à  fin 2014, en recul de 28% n La société devrait dégager un bénéfice de 178 MDH contre une prévision de 548 MDH. Ces baisses s’expliquent par la lenteur du rythme de livraison de certains projets, plus accentuée au 4e trimestre.

Décidément, rien ne va plus pour la CGI! Après l’annonce de son retrait de la cote, la compagnie a failli à ses engagements en matière de réalisations financières au terme de cet exercice. En effet, le groupe immobilier devrait réaliser à fin 2014 des résultats significativement inférieurs aux prévisions qu’elle a établies lors de l’émission d’un emprunt obligataire en juin dernier d’un montant de 1,5 milliard de DH. Il prévoit ainsi un chiffre d’affaires consolidé de 2,7 milliards de DH, en baisse de 28% par rapport aux réalisations de l’exercice 2013. En comparaison avec les prévisions de la note d’information où la société tablait sur la réalisation d’un chiffre d’affaires de 4,5 milliards de DH, il ressort en retrait de 40%. Le groupe explique ce recul par un rythme de livraison de certains projets plus lent qu’anticipé, notamment au cours du 4e trimestre, donnant lieu à un glissement de la comptabilisation du chiffre d’affaires à l’année prochaine ainsi qu’aux années suivantes.

Du coup, le promoteur devrait dégager un résultat net part du groupe de 178 MDH, en repli de 51% par rapport à 2013 et de 67,5% par rapport aux anticipations du business plan, sachant qu’il a prédit une forte montée de la contribution de ses filiales dans la formation des bénéfices. Ceci devrait situer la marge bénéficiaire à 6,6% contre 12,2% prévus, soit une baisse de 5,6 points. Sur une année, la rentabilité accuserait une perte de 3,2 points.
Cela étant, la société s’attend à une reprise progressive de l’activité en 2015. Toutefois, ce redressement ne serait pas suffisant pour atteindre les résultats prévus en 2015. Pour rappel, la société comptait atteindre un chiffre d’affaires de 6 milliards de DH et un bénéfice net de 689 MDH.

Quoi qu’il en soit, en dépit de ce décalage entre les réalisations et les prévisions, la société précise que cette situation ne remet pas en cause sa capacité à exécuter ses projets et à tenir ses engagements vis-à-vis de ses partenaires publics et privés. En ce sens, elle envisage de poursuivre le renforcement de son portefeuille à travers le développement continu de sa réserve foncière, située à hauteur de 50% sur l’axe Rabat-Casablanca. Parallèlement, la CGI projette de lancer la commercialisation de nouveaux projets dans tout le pays et de maintenir sa politique d’optimisation du BFR, et ce, à travers la réduction des délais d’encaissement et la maîtrise de la structure des coûts. Par ailleurs, la société envisage de mettre en place un programme d’investissement devant nécessiter une enveloppe budgétaire de près de 9,5 milliards de DH sur les deux prochaines années.