Ces valeurs qui vont profiter de la relance du logement social

Les conventions de logements sociaux signées par les trois promoteurs cotés leur fourniront 80 milliards de DH de surplus en chiffre d’affaires.
Les banques financeront l’acquisition de la quasi-totalité des logements prévus.
6 tonnes de ciment et 2 de rond à  béton pour construire un logement social.

Du beau temps se profile pour plusieurs sociétés cotées qui pèsent significativement sur la capitalisation de la Bourse de Casablanca. L’activité et les résultats des promoteurs immobiliers, des banques, des cimenteries et des industries métallurgiques devraient en effet renouer à partir de 2011 avec les taux de croissance des années fastes. Car, parallèlement à la reprise graduelle de l’économie nationale, après les deux dernières années de crise, ces entreprises vont profiter, à des degrés différenciés, de la relance du logement social qui a fait l’objet d’un plan d’incitations fiscales adopté dans le cadre de la Loi de finances 2010. Ce plan vise la construction de 300 000 logements à 250 000 DH sur les dix prochaines années.

Ainsi, après la fin en janvier 2008 du programme des logements à 200 000 DH, et l’impact ressenti, en 2009 et 2010, par plusieurs activités (ventes de ciment, distribution de crédits immobiliers, production de rond à béton…), la machine redémarre pour les principales locomotives de la cote. A leur tête se trouvent les promoteurs immobiliers cotés, Addoha, Alliances et la CGI. Depuis janvier dernier, ces opérateurs ont signé les conventions de construction des logements à 250 000 DH et s’apprêtent à en signer d’autres. Les 300 000 unités visées par le plan de relance ont même été dépassées, et les trois sociétés immobilières de la cote se sont taillé la part du lion. A fin septembre, Addoha avait signé 15 conventions sur les 30 mises en place, portant sur la construction de 100 000 logements. Et ce n’est pas tout puisque le groupe compte réaliser un total de 150 000 logements durant les cinq prochaines années. La CGI, à travers sa filiale Dyar Al Mansour, compte pour sa part produire 100 000 unités à l’horizon 2020. Quant à Alliances, son programme porte sur 80 000 logements.

Au total, ce sont donc 330 000 logements qui sont programmés, pour l’heure, par les seuls promoteurs immobiliers de la cote sur les dix prochaines années. Le chiffre d’affaires attendu de ces programmes dépasse les 80 milliards de DH, un volume d’affaires qui viendra s’ajouter à l’activité du moyen et du haut standing de ces sociétés, et qui leur sera extrêmement rentable. Ce volume d’activité devrait en même temps profiter aux banques cotées, car la majorité, si ce n’est la totalité des logements sociaux à produire seront acquis à crédit. C’est donc une production de plus de 80 milliards de DH qui viendra s’ajouter à l’encours des prêts immobiliers durant les prochaines années, sans compter les crédits à la promotion immobilière.

Enfin, quand on sait que la construction d’un seul logement social nécessite en moyenne six tonnes de ciment et deux tonnes de rond à béton, on constate à quel point la relance du logement social sera bénéfique pour les cimenteries et les industries métallurgiques cotées. Tour d’horizon des opportunités pour les cotées.