Bourse : les analystes revoient leurs prévisions de croissance à  la baisse

Ils expliquent la récente hausse du marché par un regain d’intérêt ponctuel des investisseurs.
Les indices ont rompu leur tendance haussière depuis fin mars. La performance annuelle prévue du MASI devrait au mieux se limiter à  5%.

La Bourse de Casablanca commence à s’essouffler. Jusqu’à il y a peu, les professionnels confirmaient que la place est sortie de son cycle baissier et entamé une année haussière, surtout après que l’indice général du marché ait enregistré une croissance continue depuis début janvier jusqu’à fin mars, atteignant 5,8%. Mais la situation s’est carrément renversée et le manque de profondeur et la stagnation qu’a enregistrés le marché depuis ont de quoi inquiéter. En effet, le MASI s’est inscrit sur une tendance baissière et affiche actuellement une performance de 2,4% avec un volume moyen quotidien de 74,2 MDH, en baisse par rapport à la même période de l’année dernière de 10,3%.

Cette accalmie a poussé certains analystes à s’armer de prudence. Alors qu’ils expliquaient initialement la hausse du marché par la reprise économique, les anticipations favorables des investisseurs institutionnels et étrangers ainsi que par le retour progressif des particuliers, ces professionnels estiment actuellement que la hausse était portée principalement par un intérêt ponctuel de certains investisseurs pour le marché actions dans un contexte où les autres produits, de taux notamment, ne rapportent plus autant qu’auparavant. Pour eux, les transactions opérées depuis le début de l’année sont principalement le fait de certains investisseurs en quête de plus-values ou qui procèdent à des ajustements dans leurs portefeuilles.

Certains disent que ce qui pourrait relancer les indices et les transactions est la croissance attendue de la masse bénéficiaire à la fin du premier semestre. Mais d’autres restent sceptiques.

Selon l’un d’entre eux, «même si le résultat global de la cote affiche une amélioration à fin juin, ce n’est pas suffisant pour assister à une reprise des cours. Il faut que la croissance soit confirmée à travers des réalisations financières en hausse sur deux semestres consécutifs au minimum pour que les investisseurs reprennent confiance et que le marché prenne son envol».

Au final, les analystes qui tablaient auparavant sur une performance du marché en 2014 comprise entre 5 et 10% ont actuellement abaissé leurs prévisions. «Compte tenu de la situation actuelle caractérisée par une quasi-stagnation au moment où le marché présente un bon potentiel de hausse, l’indice devrait réaliser, au mieux, une hausse de 5% d’ici à la fin de l’année», prévoit un professionnel.