Bourse : Le 1er semestre s’est soldé par un repli de 1%

La communauté financière tablait, en début d’année, sur une poursuite du redressement du marché actions. Mais finalement la reprise n’aura pas duré longtemps.

En 2014, la bourse a fini l’année sur une progression de 5,7%, elle a même atteint une performance de 6,2% à la mi-mars 2015. Après, la tendance s’est rapidement renversée. Le MASI a carrément viré au rouge, clôturant la dernière séance du premier semestre sur une baisse de 1%.

Cette tendance a été déclenchée par la forte baisse des bénéfices des sociétés cotées en 2014 (-12,8%) alors que les analystes tablaient sur une légère hausse ou du moins en stagnation. De plus, il y a eu une succession d’évènements qui ont eu pour effet de tirer l’indice général du marché vers le bas. Il s’agit notamment du secteur immobilier coté qui traverse certaines difficultés. Tout d’abord, le retrait de la CGI de la cote a fait plonger l’indice. Ensuite, l’annonce par le groupe Addoha d’un plan de restructuration étalé sur 3 ans et enfin le plan de redressement mis en place par le promoteur Alliances Développement Immobilier n’ont pas manqué de perturber le marché. A cause d’une carence au niveau de la communication financière sur l’état d’avancement de ces mesures, l’indice sectoriel a chuté de 18,3%.

Mais le volume généré sur le marché s’est inscrit en amélioration. Avec une moyenne quotidienne de 108,5 MDH, il ressort en hausse de 33,6%. Dans ces conditions, 43 valeurs parmi les 75 cotées ont tiré l’indice du marché vers le bas. En tête de liste, on retrouve Alliances qui a affiché une contre-performance de 74,6%. Elle est suivie par Stroc qui a enregistré une baisse de 43,4% et de la Samir avec un repli de 37,8%. Le secteur minier n’est pas en reste, les 4 valeurs cotées ont réalisé en moyenne une contraction de 7,3% contre 5,3% pour Maroc Telecom.

En face, 28 valeurs ont réussi à maintenir le cap, empêchant du coup le marché de s’écrouler. Il s’agit essentiellement de la CTM avec une progression de 34,8%, de Ciments du Maroc avec une hausse de 27,7%, de Dari (+22%) et de Promopharm et Lydec avec un bond de 19% chacune. Les professionnels estiment que tant que les réformes de fond du marché tardent à se concrétiser et que les introductions en bourse se font toujours rares, le marché n’est pas près de se redresser ; à moins que les résultats du premier semestre de cet exercice ressortent en amélioration. Ce qui est d’ailleurs prévu par les analystes.