Bourse de Casa : moins de volume et de croissance en cette période estivale

Du 1er au 13 juillet, les indices ont grignoté sur les gains du mois de juin et les volumes ont fortement baissé.
Le manque d’informations et de papier neuf en cette période de vacances rend les investisseurs plus passifs.
La tendance reste toutefois haussière mais à  un rythme plus lent en attendant la rentrée.


L’été s’annonce atone à la Bourse de Casablanca. Du 1er au 13 juillet, l’indice de toutes les valeurs cotées, Masi, a perdu un peu plus de 2%, grignotant sur les gains du mois de juin, qui se sont élevés à 5,12%, et ramenant la performance du marché depuis le début de l’année à 3,21%. Du côté des volumes, la place a enregistré durant la période considérée une moyenne quotidienne de 193 MDH sur le marché central contre 343 MDH un mois plutôt, soit une baisse considérable de 44%. Durant quelques séances de ce début juillet, les montants des transactions n’ont même pas dépassé les 80 MDH.
De l’avis des professionnels, cette situation de morosité risque de se prolonger tout au long de la période des vacances, c’est-à-dire jusqu’à fin août. Cela dit, ils précisent que malgré ce recul, la tendance des indices reste orientée à la hausse, en raison des bons fondamentaux actuels de la cote, et que la croissance reprendra à un rythme plus soutenu à partir du mois de septembre, «si aucun élément négatif ne vient casser l’élan du marché», relativise l’un d’entre eux.
Il faut savoir que pendant le mois de juin, la Bourse de Casablanca a enregistré une forte progression, tant au niveau des indices que des volumes. Un renversement de tendance par rapport aux mois précédents que les analystes d’Attijari Intermédiation attribuent, dans leur dernière analyse mensuelle du marché, à «une prise de conscience des opérateurs que les craintes qui les animaient n’étaient pas fondées et que la place recèle encore des opportunités tant en termes de potentiel de croissance que de rendement». La correction du marché qui a duré de septembre 2008 à début janvier 2009 a en effet ramené les cours de plusieurs valeurs de la cote à des niveaux attrayants et le démarrage en juin de la période de distribution des dividendes de l’année 2008 a contribué à l’accélération du mouvement de reprise.

Un potentiel de hausse de 5% pour le Masi
Cette hausse, les analystes l’estiment saine, dans la mesure où elle a principalement concerné des valeurs offrant une décote et des multiples intéressants, et prévoient qu’elle va se poursuivre durant les prochains mois vu que le potentiel de certains titres n’est toujours pas épuisé. On parle notamment de valeurs telles que CMT, Addoha, Alliances et Delta Holding. D’ailleurs, sur un plan technique (analyse graphique), et vu la confirmation des derniers pronostics qui tablaient sur une évolution du Masi à 11 315 points (il était à 11 336 points le 13 juillet), les professionnels se sont fixé un nouvel objectif pour l’indice à 11 923 points, soit un potentiel de hausse d’un peu plus de 5%. Seulement, la réalisation de ces pronostics risque de prendre un peu de temps. «Le rythme de croissance du marché devrait être lent en raison de la contraction des volumes en cette période de l’année», indique un trader.
Contrairement aux mois d’été de 2006, 2007 et 2008, où des introductions en Bourse de taille avaient dopé les volumes et accéléré la croissance du marché (Addoha, CGI et Alliances), la période estivale de cette année risque fortement d’être très peu animée en raison de l’absence d’offres publiques de vente. Rappelons à ce titre qu’aucune introduction en Bourse n’a eu lieu depuis l’opération d’Alliances en juillet 2008.
De plus, le manque d’informations et de rumeurs susceptibles de créer un engouement au niveau des transactions alimente l’atonie du marché. «Hormis la dernière information sur l’acquisition par Maroc Telecom de l’opérateur malien et les rumeurs qui ont circulé à propos de Managem et la cession de sa filiale SMI, aucune nouvelle n’est venue alimenter la place et cela devrait durer jusqu’à la rentrée», affirme un analyste.
Pour ce qui est du comportement des investisseurs institutionnels, leurs interventions sur le marché restent limitées à la liquidation de certaines positions avant les vacances, ce qui oriente d’ailleurs l’évolution de plusieurs séances à la baisse. Quant aux particuliers, ils restent les principaux animateurs du marché en cette période, avec une attitude opportuniste qui n’aide pas la place à se tracer une tendance claire.
Ainsi, la Bourse de Casablanca devrait entrer dans une phase d’accalmie jusqu’en septembre, période de publication des réalisations semestrielles des sociétés cotées. Cet élément est en effet celui qui va déterminer l’orientation du marché jusqu’à la fin de l’année, orientation qui dépendra du niveau de croissance bénéficiaire que les principales sociétés cotées dégageront au titre des six premiers mois de l’année.
A cet effet, les analystes sont plutôt optimistes et tablent pour l’ensemble de l’année 2009 sur une croissance de l’ordre de 25% des bénéfices de la cote, suite notamment au bon comportement des valeurs immobilières, des holdings et des banques ainsi qu’au redressement des résultats de Managem et de la Samir. Le premier semestre devrait donc, selon ces pronostics, accaparer une bonne partie de cette croissance et cela devrait favoriser la poursuite et l’accélération de la croissance des cours des sociétés cotées. Cela dit, certains n’excluent pas la possibilité d’avoir de mauvaises surprises, surtout quand on sait que la croissance économique hors agriculture au Maroc a été quasi-nulle au premier trimestre de l’année.