Bourse : ces valeurs qui ont cartonné en 2017 !

Au 12 décembre, 58 valeurs sur 72 affichaient des variations positives. 80% de ces actions ont superformé le Masi. SNEP, Alliances, HPS…, les hausses ont dépassé 100% !

Dans la continuité du dynamisme entamé au second semestre de l’année dernière, le marché boursier casablancais a globalement évolué en territoire positif cette année, alternant des phases d’ascension, de correction puis d’équilibre. A la date du 12 décembre, la performance annuelle du Masi s’établissait à 5,9%, une évolution qui intègre la hausse de 58 valeurs (sur 72) dont plus de 80% ont surperformé le marché. Parmi ces valeurs, 11 ont réalisé des performances allant de 30% à 267% !

 SNEP (+267%)

Le titre du producteur de PVC enregistre depuis le début de l’année la meilleure performance de la cote, soit 267%. Une ascension entamée depuis mai 2016 où avait été énoncée l’application du droit antidumping sur les importations de PVC originaire de l’Union européenne et du Mexique. Un tournant majeur pour cette société lourdement sanctionnée sur la période 2011-2015 par les pratiques de dumping. Des mesures dont les premiers effets ont impacté positivement les indicateurs financiers de la filiale du groupe Chaabi à fin juin 2017, avec un résultat net qui a marqué un bond de 18,1x. Ces bons résultats couplés aux bonnes perspectives annoncées par le management ont alimenté l’intérêt des investisseurs pour la valeur.

 Alliances (+160%)

Alliances est la seule valeur de son secteur à réaliser une performance annuelle positive et pas des moindres : +160%. Le groupe a réussi à éponger toutes ses pertes en 2016 et à boucler le 1er semestre de l’année en cours avec des résultats en hausse (RNPG en augmentation de 65,5%). En parallèle, les investisseurs ont réagi positivement aux premières retombées de son plan de restructuration, qu’il entend poursuivre. Le groupe est confiant quant à ses perspectives de croissance, sa capacité de développement ainsi que le renforcement de ses fondamentaux. «Le marché est en attente de deux éléments majeurs concernant la valeur, à savoir la restructuration de sa dette privée et l’augmentation de capital prévue en 2018», explique un trader.

 Jet contractors (+116%)

La valeur a eu les faveurs du marché cette année, le titre ayant marqué un bond de 116%. Un engouement alimenté par une forte progression des résultats semestriels de la société dont le RNPG s’est élargi de 2,6 fois. Des retombées positives de sa mue stratégique entamée en 2012, la faisant passer de leader sectoriel de façade avec 400 MDH de chiffre d’affaires à un groupe intégré dont le carnet de commandes dépasse les 2 milliards de DH (voir entretien en page III).

 HPS (+106%)

Depuis le début de l’année, le cours de l’éditeur de solutions de paiement s’est bonifié de 106%. Un dynamisme expliqué principalement par certaines opérations stratégiques, notamment l’introduction en 2016 d’une nouvelle offre Processing «qui devrait permettre à la société de profiter à court et moyen terme de sa présence en tant qu’acteur unique de ce créneau, position confortée par la signature de contrats avec l’ensemble des opérateurs bancaires de la place», selon les analystes de BMCE Capital. En outre, à l’échelle internationale et dans le cadre du développement de son offre Processing, HPS intervient dans de nouveaux marchés à travers la conclusion de partenariats avec des opérateurs reconnus, notamment à travers la signature en 2016 de trois nouveaux contrats relatifs à la mise en œuvre de la solution de Tokenisation pour le compte de plusieurs acteurs au Mexique, en Espagne et au Japon. Une solution qui devrait générer des revenus à compter de 2017, selon le management. «Le résultat net sur l’année pleine 2017 devrait augmenter de 10%», confie un analyste

 Sonasid (+88,7%)

Le cours de la société a pris 88,7% depuis le début de l’année. Sonasid a enfin pu redresser sa situation au premier semestre 2017, en faisant basculer son résultat net en territoire positif (de -44 MDH à fin juin 2016 à 40 MDH une année après). En termes de perspectives et selon le management, les conditions du marché devraient demeurer très concurrentielles dans le secteur du bâtiment et les projets de travaux enregistrer des retards dans leur exécution. Dans ce contexte, Sonasid devrait continuer à développer son offre de produits et services ainsi que poursuivre ses efforts de rationalisation des coûts et ses initiatives de développement de la distribution nationale et internationale.

 Managem (+77,5%)

Le cours de la valeur a fortement pris depuis le début de l’année (77,5%), animé par des résultats annuels 2016 puis semestriels 2017 en très forte hausse : le RNPG s’est élargi en 2016 de 41% avant d’exploser de 12x au 1er semestre 2017, bénéficiant d’un effet de base et d’une confortable plus-value suite à la cession d’une des mines du groupe. En parallèle, les investisseurs sont rassurés par le contexte international actuellement favorable à la fermeté des cours des métaux, essentiellement les métaux industriels, ainsi que la flambée des cours du cobalt. Dans ce contexte, «Managem a une capacité récurrente à améliorer la productivité et à baisser les cash-costs, permettant de neutraliser partiellement la volatilité des cours à l’international», expliquent les analystes de BMCE Capital

 Colorado (+52%)

Le spécialise de la peinture a hissé son cours de 52% cette année, et ce, grâce aux bons résultats réalisés au premier semestre (résultat net +11%) issus d’une bonne politique de diversification (lancement sur le marché de plusieurs nouveaux produits, toutes catégories de peinture confondues). A noter qu’en novembre, la valeur a franchi la barre symbolique des 70 DH (une première depuis 2015), une évolution certainement due à l’annonce le mois dernier de la distribution d’un dividende exceptionnel de 1,65 DH. Par ailleurs, en termes de perspectives Colorado compte poursuivre l’exploration d’opportunités par la diversification de ses marchés et produits, en plaçant au cœur de ses priorités l’innovation comme levier de croissance.

 Total Maroc (+48%)

Le cours du distributeur d’hydrocarbures a pris plus de 48%. Un dynamisme qui puise son origine dans les bonnes performances réalisées à fin 2016 avec une montée en flèche du résultat net de 3,1 fois, et au 1er semestre 2017 de 19,4%. Ces bons résultats couplés à une politique de distribution de dividendes équilibrée rassurent les opérateurs du marché. Par ailleurs, Total poursuit la consolidation de son image de marque pour se positionner en tant que marque premium, en développant de nouveaux produits à forte marge et des services annexes au sein de ses stations.

 BMCI (+40%)

Le titre du groupe bancaire s’est renforcé de 40%, une dynamique expliquée principalement par ses bonnes performances semestriels. En effet, le RNPG s’est apprécié de 34,1%, profitant d’un allègement de 40,3% du coût du risque, suite à la diminution de 44,5% des pertes sur prêts et créances irrécouvrables provisionnées. Les opérateurs du marché s’attendent à «des résultats 2017 au beau fixe compte tenu de la non-récurrence de la charge payée au 2e semestre 2016 suite au dénouement d’un contrôle fiscal portant sur les exercices 2012 à 2015», explique un analyste.

 Saham Assurance (+32%)

L’action de la compagnie d’assurance s’est raffermie de 32% cette année, plus précisément à partir du 2e semestre. En effet, un attentisme sur la valeur a été observé au 1er semestre à cause des résultats annuels 2016 qui étaient lourdement sanctionnés (RNPG  en baisse de 17,2%) par le paiement d’une charge fiscale exceptionnelle de 130 MDH liée à un contrôle fiscal au titre des exercices de 2012 à 2015. Toutefois, l’assureur s’est rattrapé au 1er semestre 2017 en affichant des indicateurs financiers bien orientés et qui devraient continuer sur le même trend à fin 2017 notamment grâce à «l’amélioration de son positionnement sur la Branche Vie à travers son partenariat de distribution exclusive sur 10 ans avec Crédit du Maroc, et une bonne tenue attendue des ventes automobiles pour cette année comme en témoignent les chiffres probants des commercialisations», expliquent les analystes de BMCE Capital.

 Ciments du Maroc (+30%)

Lourdement pénalisé au 1er semestre suite à des résultats annuels dans le rouge, le cours de Ciments du Maroc s’est rattrapé au second semestre portant sa performance à 30%. En effet, le cimentier a affiché en 2016 des résultats plombés par la constatation d’une dotation de provision d’impairment test dans sa participation dans Suez Cement Company, elle-même induite en grande partie par la dévaluation de plus de 55% de la livre égyptienne en 2016. Cette année, en revanche, le résultat net consolidé a progressé de 20%, profitant d’un crédit d’impôt sur pertes de 2016. Sous réserve de l’évolution du coût des combustibles et de l’orientation du marché national du ciment, le Management de Ciments du Maroc escompte réaliser en 2017 des résultats en ligne avec ceux de 2016 (hors impact de la provision d’impairment test sur Suez Cement).

En termes de prévisions, la trajectoire que devront prendre les cours de ces valeurs en 2018 dépendra principalement des résultats annuels qu’elles vont afficher au titre de 2017. Les résultats de SNEP par exemple sont attendus à la hausse par BMCE Capital, avec un RNPG en augmentation de 77%, ce qui devrait encore légèrement booster le cours de la valeur. Managem devrait également boucler l’année sur une belle note, mais aussi HPS : «Grâce à ses contrats signés en 2016 et ceux en cours de déploiement, HPS a pu sécuriser un backlog de 410,1 MDH à fin juin 2017, en progression de 17,9% comparativement à la même période une année auparavant», explique les analystes de BMCE Capital. D’autres analystes recommandent d’acheter les valeurs bancaires (BCP et Attijariwafa bank), les valeurs immobilières (Addoha et Résidences Dar Saada) et agro-alimentaires (Oulmès et Cosumar).

Sur les 72 valeurs de la cote, 14 ont enregistré des contre-performances. La baisse la plus élevée a été réalisée par Timar (-30,3%). Non loin derrière on retrouve LafargeHolcim qui a vu son cours chuter de 24,5% à cause d’un premier semestre difficile plombé par un contexte sectoriel défavorable et une hausse du coût énergétique. Le secteur immobilier a également pâti des conditions sévères du marché : Addoha a perdu 16% de sa valeur et Dar Saada quasiment 19%. Cosumar s’est également dépréciée de 14% et BMCE Bank de 6,7%. Par contre, les valeurs du secteur informatique ont toutes réalisé des performances à deux chiffres, variant de 17% (Disway) à 106% (HPS). Microdata a pour sa part hissé son cours de 66,9%, Involys de 39,8%, IB Maroc de 32,9%, tandis que S2M et M2M group ont enregistré respectivement des évolutions de 24,8% et 21,2%.