Bonnes réalisations à  fin septembre mais le cours reste toujours baissier

Crédit du Maroc (CDM) a communiqué ses résultats trimestriels arrêtés au 30 septembre 2009. Il en ressort que la filiale marocaine du groupe français Crédit Agricole parvient à améliorer ses indicateurs comparativement à la même période de 2008. De fait, les dépôts de la clientèle ainsi que les créances sur la clientèle se sont appréciés respectivement de 4%, à 31,3 milliards de DH, et de 11,4% à 30,3 milliards de DH. Il convient toutefois de noter que l’encours des créances s’inscrit en léger retrait comparativement à la situation à fin juin 2009. Ce recul pourrait se justifier par «la distribution limitée des crédits durant ce 3e trimestre ainsi que par le renforcement des dotations aux provisions», pensent les analystes de CDG Capital. En revanche, de juin à septembre, l’encours des dépôts s’est renforcé de 3,7%.
En termes de résultats financiers, le Produit net bancaire (PNB) de la banque s’est bonifié, durant les trois premiers trimestres de 2009, de 10,4% pour atteindre 1,29 milliard de DH. En parallèle, les charges générales d’exploitation se sont accrues de 8,5%, à 635,9 MDH. Ainsi, le coefficient d’exploitation s’est délesté de 86 points de base, à 48,99% (contre 49,85% à fin septembre 2008 et 48,3% à fin juin 2009). Et eu égard au contexte économique actuel pour le moins difficile, la banque a relevé son coût du risque à un taux de 15,1% contre 11,5% au 30 juin 2009 et 10,5% au troisième trimestre 2008. En conséquence, le résultat net s’est inscrit en progression de 4,7%, à comparer toutefois à une hausse de près de 12% enregistrée à fin juin 2009.
Mais pour concluantes qu’elles soient, les réalisations trimestrielles du CDM n’auront pas profité au cours de l’action en Bourse. Celle-ci enregistre même une baisse de 4% entre le 20 novembre et le 21 décembre, passant d’un cours de 768 à 738 DH. Pour autant, le titre reste attrayant selon les analystes. Ceux de BMCE Capital Bourse recommandent de le conserver avec un cours cible de 754 DH. Ce qui dégage un potentiel de croissance de plus de 2% à voir les niveaux de cours actuelles. C’est que, «en dépit d’un environnement marqué par une conjoncture économique délicate, CDM poursuit sa politique commerciale ciblée lui permettant de consolider son positionnement dans le paysage bancaire marocain», estiment les analystes de BMCE.
Cette stratégie adoptée par la banque devrait se renforcer davantage, notamment suite à la reconfiguration de l’actionnariat de l’établissement. En effet, rappelons que le groupe français Crédit Agricole a acquis 24% supplémentaires du capital du CDM détenus par Wafa Assurance pour un montant de 144 millions d’euros (1,6 milliard de DH), portant ainsi sa participation à 77%. Une opération qui s’inscrit dans le cadre de la transaction globale conclue avec le groupe Attijariwafa à travers laquelle celui-ci devrait reprendre cinq filiales africaines du Crédit Agricole.