Bilan 2014 mitigé pour les sociétés agroalimentaires cotées

Bilan mi-figue mi-raisin pour les sociétés agroalimentaires. Si les revenus ressortent en hausse de 1%, à  24,7 milliards de DH, les bénéfices, eux, se sont contractés de 7,6%, à  1,3 milliard de DH.

Sur les 7 sociétés cotées du secteur, 3 affichent des reculs de leur masse bénéficiaire, à commencer par Centrale Laitière. L’industriel a maintenu son chiffre d’affaires stable, à 6 milliards de DH. Mais l’inflation des prix des matières premières, du lait cru et des énergies a fortement impacté le résultat final qui s’est replié de 81% à 41,2 MDH. Cela sans évoquer les charges fiscales exceptionnelles auxquelles le groupe a dû faire face. Pour sa part, Unimer a réalisé un bénéfice de 40,4 MDH, en repli de 31,5% malgré la hausse de son activité de 10%, à 3,7 milliards de DH. En cause, un résultat non courant qui passe à -6,3 MDH contre un excédent de 11,6 MDH une année auparavant. La société des Brasseries du Maroc continue, de son côté,  de subir l’impact de la baisse des volumes de ventes. Son chiffre d’affaires a en effet baissé de 2,6%, à 2,3 milliards de DH. Du coup, son résultat net a perdu 7%, pour atteindre 249 MDH.

Cela dit, les autres sociétés ont sauvé la mise avec une hausse de 56% du bénéfice de Lesieur et de 32,2% de celui d’Oulmès, à 195 et 105 MDH respectivement. Si l’industriel de l’huile a maintenu son bénéfice en hausse, ce n’est pas en raison de son activité (-7,2%, à 3,8 milliards de DH). Mais, grâce au résultat financier qui est ressorti excédentaire de 21 MDH contre -23 MDH en 2013. Sans surprise, Oulmès a tiré profit du comportement favorable de son activité avec un volume de ventes en hausse de 14,5%, hissant ainsi son chiffre d’affaires de 10,3%, à 1,3 milliard de DH. Enfin, la bonne tenue de l’activité à l’export et la maîtrise des charges d’exploitation ont permis à Dari Couspate de dégager un résultat net de 25 MDH, en progression de 18%. A côté, Cosumar a bénéficié de la progression de la production sucrière de 32%, à 478 000 tonnes. Et bien que la hausse des prix ait été pénalisante, le bénéfice a quand même réalisé une hausse de 2% à 640 MDH.