Banques : la rentabilité protégée grâce à la diversification des sources de revenus

Les crédits à la clientèle ont progressé de 3,3% à 864 milliards de DH. 4,5 milliards de DH mobilisés au titre des financements Mourabaha.

Bank Al-Maghrib (BAM) vient de dévoiler sa cartographie détaillée du secteur bancaire en 2018. Selon le rapport annuel sur la supervision bancaire au titre de l’année précédente, les crédits à la clientèle ont progressé de 3,3% à 864 milliards de DH. Sur ce montant, le crédit aux entreprises a quasiment fait du surplace en 2018 avec une progression limitée à 0,7%. En face, l’année a été marquée par une décélération des dépôts de la clientèle de 2,9% à 928 milliards de DH, marquant une légère amélioration de 0,9% des dépôts à termes (170 milliards de DH) et une croissance de 3,5% des comptes d’épargne (159 milliards). A en croire la 15e édition du rapport annuel de Bank Al-Maghrib, présenté le 22 juillet, la sinistralité sur prêts s’est, quant à elle, légèrement infléchie à 7,3% (contre 7,5% auparavant). Dans ces conditions, le résultat net cumulé du secteur bancaire s’est affiché à 11,2 milliards de DH à fin 2018, en hausse de 3%. «Le secteur bancaire arrive à préserver sa rentabilité grâce à son modèle d’activités diversifié aux plans sectoriel et géographique», estime-t-on auprès de la Direction de la supervision bancaire de BAM.

Intensification des contrôles

Concernant les moyens de paiement, le nombre de cartes bancaires a connu une hausse de 7,2% pour atteindre 15,1 millions à fin 2018. De son côté, le nombre de GAB a progressé de 3,8% pour atteindre 7 289 unités, soit 264 nouveaux guichets en 2018.

En ce qui concerne les banques participatives, la Direction de la supervision bancaire souligne que l’année 2018 a connu le démarrage progressif des 5 banques et 3 fenêtres, notant que les financements immobiliers et automobiles, par voie de Mourabaha, se sont établis à près de 4,5 milliards de DH tandis que les dépôts à vue collectés ont atteint 1,7 milliard de DH.

Par ailleurs, le rapport annuel sur la supervision bancaire a retracé également les principales réalisations et les actions menées en matière de surveillance micro-prudentielle. En effet, Bank Al-Maghrib a renforcé en 2018 le cadre de régulation et de contrôle en termes de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement de terrorisme. La banque centrale a par ailleurs accompagné les acteurs dans leur mise en conformité aux nouvelles exigences en termes de devoir de vigilance et l’adoption d’une approche basée sur les risques.
Enfin, BAM dit avoir intensifié durant l’exercice 2018 ses contrôles concernant le respect des dispositions légales et réglementaires régissant la protection des consommateurs des services financiers et le traitement de leurs réclamations.