Banques cotées : 6,8 milliards de DH de bénéfices nets en 2009

Le résultat global du secteur est en hausse de 7,4% par rapport à  2008. Attijariwafa bank et la BCP sont les plus gros contributeurs à  cette croissance.
Les bénéfices consolidés de BMCE Bank, BMCI et le CIH sont en recul.
Crédit du Maroc résiste bien au contexte difficile du marché.

Les banques cotées à la Bourse de Casablanca affichent au titre de l’année 2009 des réalisations dans l’ensemble en bonne progression. Malgré le contexte difficile qui caractérise le secteur depuis quelques mois, marqué par la rareté des ressources et le ralentissement de la croissance de distribution des crédits, elles ont pu améliorer leurs indicateurs d’activité et de résultat par rapport à 2008, même si certains établissements ont enregistré des baisses de bénéfices suite à des éléments conjoncturels ou propres à leur business.

Sur le plan commercial, les dépôts consolidés des banques cotées ont marqué une évolution favorable de 8,8%, à 434 milliards de DH. Le plus gros contributeur à cette croissance est sans conteste Attijariwafa bank avec un additionnel de plus de 18 milliards de DH en 2009. Les dépôts de la banque ont ainsi atteint 195 milliards de DH grâce à un réseau en extension de 92 nouvelles agences et à la croissance de son périmètre à l’international. Loin derrière, on retrouve BMCE Bank avec des dépôts en expansion de 9 milliards de DH, à 122,5 milliards. La BCP, dont les clients ne sont autres que les banques populaires régionales, a augmenté ses ressources de 21,7% ou 3,3 milliards de DH pour les porter à 18,5 milliards. Et Crédit du Maroc signe l’une des meilleures performances des petites banques de la place avec des dépôts en hausse de 2,1 milliards (+7,2%), à 31,5 milliard.

L’encours global des crédits a pour sa part enregistré une progression plus importante (+12,6%), mais qui reste quand même inférieure aux performances des dernières années. Il a atteint plus de 412 milliards de DH, sous l’effet du bon comportement de l’activité d’Attijariwafa bank, BMCE Bank et la BCP. La première a généré un additionnel d’encours de 25,5 milliards de DH grâce à l’évolution satisfaisante des crédits aux entreprises. La seconde a également profité de la bonne progression des crédits à l’investissement pour augmenter son encours de 7,8 milliards de DH. Quant à la BCP, son encours a évolué de plus de 32% (+6,3 milliards) avec le développement de son activité de corporate banking.

Ces bonnes prestations commerciales ont naturellement eu un effet positif sur la croissance des résultats financiers des banques cotées. Leur Produit net bancaire (PNB) consolidé a en effet crû de 16,6%, à 27,9 milliards de DH. Hormis le CIH, dont le PNB est en recul de 8,3% en raison de la baisse des opérations non bancaires et de la titrisation en 2009 de 1,5 milliard de DH d’encours de crédits, tous les établissements bancaires de la cote affichent des variations positives. A commencer par Attijariwafa bank dont le PNB a gagné 2,3 milliards de DH d’une année à l’autre, passant à 13,2 milliards. La BCP a carrément augmenté son produit de 50% (1 milliard de plus) grâce à la forte évolution de la marge d’intérêts et du résultat sur opérations de marché. BMCE Bank suit avec un additionnel se limitant à 400 MDH, la banque ayant pâti de la stagnation de sa marge d’intérêts. Quant à BMCI et Crédit du Maroc, ils ont augmené leurs PNB de 7,1% et 9,3% pour les porter respectivement à 2,6 et 1,8 milliard de DH.

Cela dit, le bénéfice net global du secteur n’affiche qu’une évolution de 7,4%, à 6,8 milliards de DH. Une progression moins importante que celle du PNB en raison de la baisse de 54% du résultat net part du groupe de BMCE Bank, suite à la forte augmentation de ses dotations aux provisions pour créances en souffrance (voir article en page 18), et du recul de 43,6% du bénéfice net du CIH pour les mêmes raisons, qui ont impacté son PNB. Ces mauvaises prestations auraient pu avoir un effet plus négatif sur le résultat du secteur s’il n’y avait pas la forte appréciation du bénéfice net part du groupe d’Attijariwafa bank (+26,4%) qui s’élève à fin 2009 à 3,9 milliards de DH, et de celui de la BCP qui a gagné 240 MDH de plus par rapport à 2008 pour s’établir à plus d’un milliard de DH.