Bà¢timent : les cimenteries en panne de croissance

Les réalisations semestrielles du secteur du bâtiment et matériaux de construction de la cote sont en demi-teinte. Pour les cimenteries, le temps des taux de progression à deux chiffres des bénéfices est révolu, avec l’arrivée de Ciments de l’Atlas qui a rendu le marché national du ciment en surproduction de 40%. Hormis Cimar, dont le bénéfice se maintient (+3,6%) de par le positionnement de la société dans la région du Sud, les autres opérateurs affichent des baisses de résultat, avec -9,1% pour Lafarge et -12,4% pour Holcim. La recrudescence de la concurrence dans la région du Centre, et la baisse de la demande dans certaines zones comme le Nord et l’Oriental, expliquent ces contre-performances.

Pour le compartiment des métaux de construction, la situation est moins dramatique. Sonasid, qui pâtissait en 2010 de la montée de la concurrence et du ralentissement des chantiers d’infrastructure, a pu augmenter son bénéfice net de 12% grâce à une politique commerciale plus agressive et au maintien de ses marges, entre autres, suite à des performances industrielles en amélioration. Aluminium du Maroc a, elle aussi, augmenté son résultat net de 12% dans un contexte de flambée du cours de l’aluminium et de l’accroissement du niveau de ses ventes.
Quant aux spécialistes d’engins du BTP, l’activité tourne carrément au ralenti. Pour Stokvis, la baisse touche aussi bien le chiffre d’affaires, la rentabilité opérationnelle que le résultat net. Médiaco, qui est toujours en difficulté financière, a vu son niveau d’activité chuter de 66% et sa rentabilité s’enfoncer dans le rouge, à -27,7 MDH.