Attijari Capital Markets n’exclut pas une hausse des taux en 2011

Attijari Capital Markets vient d’annoncer ses prévisions concernant l’évolution des taux monétaires et obligataires pour l’année 2011. Son scénario central prône une stabilité des taux, compte tenu d’une Loi de finances 2011 qui garde la même vision que celle de l’année dernière et de l’anticipation du maintien par Bank Al-Maghrib du taux directeur à 3,25%. Cela dit, les analystes de la salle des marchés d’Attijariwafa bank n’excluent pas une hausse des taux en 2011. En effet, le maintien du baril de pétrole au dessus du seuil de 100 dollars se traduirait par des charges de compensation pour l’Etat entre 40 et 45 milliards de DH. Cette situation induirait une augmentation des levées nettes du Trésor de 10 à 15 milliards de DH supplémentaires par rapport aux 32 milliards budgétisés, ce qui risque de précipiter les taux obligataires à la hausse. De plus, si les troubles géopolitiques se maintiennent dans la région du Maghreb, cela réduirait sensiblement la possibilité du Trésor de faire une nouvelle levée de fonds à l’international. Dans ce cas, le recours du Trésor à l’endettement intérieur serait plus important, impactant à la hausse les taux obligataires.
D’autres arguments pourraient toutefois venir militer pour une baisse des taux. Il s’agit d’un volume de remboursement moins important en 2011, estimé à 55 milliards de DH contre 78 milliards en 2010, qui laisse entrevoir plus d’aisance dans le refinancement du Trésor. Il y a également la possible augmentation de l’acompte de l’impôt sur les sociétés pour le mois de mars, qui inciterait le Trésor à se détourner du marché des adjudications, ou du moins devenir peu actif sur ce compartiment, ainsi que l’amélioration attendue des réserves de changes, suite à l’appréciation des recettes touristiques, des transferts des MRE et des investissements étrangers, qui pourrait provoquer une baisse des taux sur le marché monétaire.

Sothema publie un bénéfice net de 72 MDH au titre de 2010, en hausse de 41%

Sothema retrouve une croissance tirée par les performances opérationnelles. Alors que son bénéfice avait chuté de 46% en 2009, en raison de la non récurrence de plus-values exceptionnelles constatées en 2008 suite à la cession de certains actifs, il affiche au titre de 2010 une augmentation de 41% par rapport à 2009, s’établissant à 72 MDH. Cette performance résulte de la progression des indicateurs d’activité et de rentabilité opérationnelle, puisque le chiffre d’affaires de la société a crû de 12%, à 821 MDH, et son résultat d’exploitation s’est apprécié de 37%, à 115 MDH. Sothema indique en plus que les perspectives pour les trois prochaines années sont prometteuses, compte tenu notamment du rachat de l’unité industrielle de Novartis Pharma Maroc et l’ouverture d’une filiale au Sénégal.

Auto Nejma a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 15,3% en 2010, à 1,12 milliard de DH

Auto Nejma retrouve la forme en 2010, après une année 2009 où elle a pâti du ralentissement économique. Son chiffre d’affaires s’est établi à 1,12 milliard de DH, marquant une hausse de 15,3% par rapport à 2009. Cette performance résulte de la progression des ventes de la marque Mercedes, avec 1 562 unités écoulées, soit 25% de plus qu’en 2009. La marque Ssang Yong a, elle, marqué un recul, avec des ventes en baisse de 11%, à 371 unités. Par ailleurs, le résultat net d’Auto Nejma est revenu à son niveau de 2008, soit 111,5 MDH. Il est en hausse de 20% par rapport à 2009.