Addoha plébiscitée en Bourse : le titre a été sur-souscrit plus de 10 fois

Le taux de satisfaction de la demande sera très faible.
Le contexte actuel du secteur de l’habitat offre des perspectives intéressantes pour le groupe.
Les niveaux d’activité et de rentabilité du promoteur seront doublés en cinq années à  en croire les «promoteurs» de l’opération.

Objectif largement atteint pour la famille Sefrioui, propriétaire d’Addoha. Les actions mises en vente dans le cadre de l’entrée du groupe en Bourse ont été bien accueillies par le marché. L’offre, qui porte sur plus de 2,76 milliards de dirhams correspondant à  35% du capital de la société, a été en effet sur-souscrite plus de10 fois, soit une demande de plus de 27 milliards de dirhams, selon une source proche du dossier. A l’heure o๠nous mettions sous presse, les résultats de l’opération n’avaient toujours pas été communiqués, mais la source parle d’un nombre de souscripteurs qui avoisine les 16 000, et ce chiffre ne tient pas compte des personnes physiques et morales étrangères.

A titre de rappel, l’introduction du promoteur immobilier se fait par cession d’actions existantes, et donc n’a pas pour objet le financement immédiat de son activité ou de ses investissements. Clairement exprimé par Anas Sefrioui, PDG du groupe, l’objectif visé à  travers cette décision stratégique est surtout d’institutionnaliser le tour de table d’Addoha pour sortir du cadre familial.

La société est en effet dotée de fonds propres importants (1,76 milliard de dirhams en 2005). Elle disposait également, à  fin avril 2006, d’une trésorerie largement confortable (1,8 milliard de dirhams) et d’un niveau d’endettement nul. Une situation financière saine qui permet au groupe de mener confortablement ses chantiers actuels et d’envisager sereinement les actions futures. Des projets qui ne risquent pas de manquer vu le contexte du secteur de l’habitat.

Actuellement, l’offre annuelle en termes de logements est de l’ordre de 80 000 unités. La demande, elle, est à  un niveau plus élevé : 125 000 unités annuellement. Ce qui a créé jusqu’à  maintenant un déficit en logements de 1,24 million, déficit qui, prévoit-on, doublera en 2012.

Les besoins en logements sont de 2,37 millions d’unités à  l’horizon 2012
Spécialisé dans l’habitat économique, solution incontournable pour réduire ce manque de logements, le groupe Addoha détient une part de marché de 54% par rapport à  l’ensemble des opérateurs privés, de 38% si on inclut les opérateurs publics. Les années à  venir réservent donc un potentiel d’activité considérable pour le promoteur. Son assise foncière existante lui assurerait une continuité de l’exploitation jusqu’en 2012, et les projets en cours de réalisation ou planifiés ne manqueront pas, surtout avec une volonté étatique de promouvoir le secteur à  travers la mobilisation de terrains publics, le lancement de nouveaux programmes et des incitations juridiques et fiscales. 23 projets sont en cours de réalisation sur la période 2006-2010, portant sur 69 733 logements économiques. Huit programmes à  Casablanca pour 26 350 logements. Cinq à  Tanger, trois à  Agadir, deux à  Rabat, deux à  Marrakech et d’autres sur Fès, Salé et Tamesna, rien que pour le segment logement économique. Dans le moyen et haut standing, 140 villas sont à  construire à  Casablanca à  partir de 2007, 2 000 logements à  Tanger et 6 800 à  Agadir.

Une rentabilité qui va plus que doubler en cinq ans
Ce potentiel d’activité quasi certain du groupe Addoha lui assurerait, selon son conseiller et évaluateur, Attijari Finances Corp, une croissance et une rentabilité importantes sur les années à  venir. Les réalisations de 2005 en témoignent : le promoteur affiche déjà  des indicateurs d’activité et de résultat en forte progression. Son chiffre d’affaires a été de 2,13 milliards de dirhams, en hausse de 33% par rapport à  2004. De même pour son résultat net qui a crû de 32% à  611 millions de dirhams.

Pour l’activité prévisionnelle, Addoha table sur une croissance de son chiffre d’affaires de l’ordre de 30% par an pour atteindre 5,6 milliards de dirhams en 2010. Sa rentabilité suivra naturellement le rythme d’activité prévu pour croà®tre dans les mêmes proportions. Le résultat net du groupe atteindrait en 2010 plus de 1,57 milliard de dirhams. Par ailleurs, le management du groupe Addoha a décidé la distribution de 60% des bénéfices au titre de l’exercice 2005 et compte maintenir ce taux de distribution pour les années prochaines.

C’est avec ces hypothèses que l’évaluation du promoteur a été faite. Les deux méthodes utilisées – comparables boursiers et actualisation des flux futurs – ont donné une valorisation comprise entre 9,02 et 10,57 milliards de dirhams pour la première, et de 9,31 milliards pour la deuxième. Le prix de 585 DH l’action correspond ainsi à  une valeur totale de la société de 7,89 milliards de dirhams, ce qui offre une décote de 15,2% par rapport au prix retenu.

Notes de recherche
La valorisation du groupe vue par trois sociétés de Bourse

Plusieurs sociétés de Bourse ont procédé à  l’évaluation du groupe Addoha à  l’occasion de son introduction en Bourse. Upline Securities, Crédit du Maroc Capital (CDMC) et Attijariwafa bank Bourse ont chacune obtenu des valorisations différentes, mais sont toutes unanimes quant à  l’avenir prometteur de la société. Les analystes d’Upline ont calculé un prix par action de 738 DH, ce qui représente une décote de plus de 26% par rapport au prix proposé au public. Ceux de CDMC évaluent le titre à  664,7 DH, soit une décote de 13,6%, et ceux d’Attijariwafa bank attribuent le même prix que celui calculé par la banque conseil du groupe, c’est-à -dire 585 DH l’anction.

La raison de cette différence entre les trois valorisations réside d’abord dans les méthodes utilisées et ensuite dans les critères retenus pour chacune des méthodes. A titre d’exemple, CDMC en a utilisé trois, celle de l’actualisation des flux futurs (avec des taux d’actualisation et de croissance à  l’infini différents de ceux retenus par la banque conseil), celle de l’actualisation des dividendes futurs, et la méthode des comparables boursiers (avec des pondérations différentes des multiples). Elles ont donné des valorisations respectives de 666,70 DH, 733,80 DH et 555,70 DH l’action