2006, un bon cru pour l’ensemble des sociétés cotées

Au 13 mars 2007 quatorze sociétés ont déjà publié leurs résultats. Les réalisations sont globalement satisfaisantes.
Les analystes estiment que la croissance sera honorable en 2006 et prévoient
son maintien en 2007.
Les sociétés cotées communiquent plus tôt qu’auparavant.

L’exercice 2006 aura été un bon cru pour les sociétés cotées. C’est ce que laissent entrevoir les chiffres ressortant des résultats publiés jusqu’au 13 mars ainsi que les avis des analystes financiers. Ces derniers estiment que la croissance des résultats sera honorable, conformément à leurs prévisions. «Les résultats de l’année 2006 seront aussi bons que ceux de l’année précédente, sinon meilleurs», affirme un analyste chez Attijari Intermédiation. En 2005, les sociétés cotées avaient réalisé un chiffre d’affaires global de 135 milliards de dirhams, en hausse de 15,8% par rapport à 2004, et un résultat net de 18,2 milliards, en accroissement de 26,6%. Pour 2006, bien que les analystes n’aient pas donné de prévisions de croissance chiffrées, ils affirment que, jusqu’à maintenant, toutes les sociétés qui ont publié leurs résultats affichent des réalisations en ligne avec les attentes du marché.

La croissance touche différents secteurs
A l’heure où nous mettions sous presse, quatorze sociétés avaient dévoilé leurs chiffres. Elles appartiennent à différents secteurs (bâtiment et matériaux de construction, télécommunications, énergie, banques, matériel informatique…) et ont signé, pour la plupart d’entre elles, une bonne année 2006 grâce au bon comportement de l’économie nationale. Ainsi, les cimenteries ont globalement tiré profit du boom du marché de l’immobilier et du développement des travaux d’infrastructures pour accroître leur chiffre d’affaires (de 11 à 18%) et leur résultat net (de 11 à 24%). Le secteur des télécoms affiche également des taux de croissances honorables. L’opérateur historique a en effet réalisé un chiffre d’affaires consolidé en hausse de 10% et un résultat net part du groupe en progression de 16% et ce dans un contexte très concurrentiel. De même pour le secteur énergétique, où Afriquia Gaz affiche, pour la deuxième année consécutive, d’excellentes performances avec un chiffre d’affaires qui a plus que doublé (+107%) et un résultat net en hausse de +77%. Le secteur bancaire n’est pas en reste : +8% pour le PNB de la BMCI et +9,5% pour celui de Crédit du Maroc) et le meilleur est à venir avec Attijariwafa, BCP et BMCE. Idem pour le secteur des loisirs et hôtels (+19% de croissance du chiffre d’affaires et première année bénéficiaire pour Risma). Néanmoins, quelques sociétés ont annoncé des résultats en régression ou inférieurs aux attentes. C’est le cas par exemple d’Agma Lahlou Tazi qui a réalisé un chiffre d’affaires et un résultat net en retrait.

L’année 2006 semble avoir également signé une amélioration en terme de communication financière. Un responsable au CDVM (Conseil déontologique des valeurs mobilières) qui suit l’information financière des sociétés cotées affirme qu’elles ont commencé cette année à publier leurs résultats plus tôt qu’auparavant. En effet, les premières réalisations ont été communiquées courant février 2007 (Ciments du Maroc et Maroc Telecom), les autres ont suivi durant la première semaine de mars.

En ce qui concerne les perspectives pour l’année 2007, les analystes prévoient la poursuite de la croissance des résultats, sans qu’elle égale toutefois celle de 2006.

Les secteurs qui seront les plus concernés par cette croissance sont ceux où la forte demande persistera au moins pour les deux ou trois prochaines années. Les plus cités par les analystes sont le secteur des bâtiments et matériaux de construction, le secteur bancaire, celui des assurances, des télécommunications, des holdings et des sociétés de crédit à la consommation.