18,5 milliards de DH de dividendes à  distribuer en 2008

17,7 milliards de DH de dividendes ordinaires à distribuer, soit 28,3% de plus qu’en 2006.
Maroc Telecom, Sonasid et Attijariwafa bank vont servir les montants les plus importants.
Les rendements de dividendes se sont nettement améliorés, avec des taux qui peuvent atteindre plus de 12%.

Les sociétés cotées à la Bourse de Casablanca ont réalisé pour la plupart de bonnes performances depuis le début de l’année, avec un Masi, indice général du marché, qui s’est apprécié de 17% en date du 7 avril 2008. Elles ont également, et surtout, annoncé d’excellents résultats au titre de l’année 2007, ce qui s’est traduit par une distribution de dividendes pour le moins impressionnante. En effet, mis à part Cartier Saada, LGMC, IB Maroc et Unimer, qui ont un exercice fiscal à cheval entre deux années, les autres sociétés cotées ont décidé de distribuer des dividendes totalisant 18,5 milliards de DH. Un montant qui représente 69% du bénéfice net global du marché qui a atteint plus de 27 milliards de DH au titre de l’année 2007.

Cette somme comprend aussi bien les dividendes ordinaires qu’extraordinaires que quatre sociétés ont décidé de distribuer cette année. Il s’agit de Sonasid, Cosumar, Eqdom et Fénie Brossette, qui vont servir ensemble un montant non récurrent de près de 850 MDH. La distribution ordinaire atteint de ce fait 17,7 milliards de DH, contre 13,8 milliards au titre de 2006, soit une hausse de 28,3%. Les actionnaires, aussi bien stratégiques que petits porteurs, ont donc de quoi se réjouir concernant le rendement de leurs placements.

Cette forte croissance des dividendes en 2007 est liée, d’une part, à la bonne progression du résultat net global des sociétés cotées, qui est passé de 20,7 milliards de DH en 2006 à 27,2 milliards en 2007 (+30,8%) et, d’autre part, à l’intégration des sociétés introduites en Bourse durant l’année 2007 qui ont été plus que généreuses vis-à-vis de leurs actionnaires. En effet, les dividendes que ces nouveaux venus comptent servir totalisent plus de 667 MDH, dont les plus importants se montent à 251,4 MDH pour Atlanta (42,5 DH par action) et 202,5 MDH pour la CGI (11 DH par action).

La Snep, pour sa part, distribuera 74,4 MDH, Salafin 42,7 MDH, Promopharm 35 MDH, Stokvis 18,3 MDH, Microdata 15,9 MDH et M2M 13,6 MDH. Cela dit, même sans compter les sociétés nouvellement introduites, les dividendes de l’année 2007 ont enregistré une hausse de 21,7%, passant de 14,7 milliards en 2006 à 17,9 milliards de DH en 2007.

43% du dividende global sera distribué par Maroc Telecom
Pour ce qui est des contributions des différentes sociétés au dividende global, il faut savoir que la plus grosse part cette année provient, encore une fois, de Maroc Telecom. En effet, suite à la décision de son management de distribuer 8,1 milliards de DH, soit l’intégralité du résultat net de 2007, l’opérateur monopolise près de la moitié des sommes à servir (43%). Disposant d’une trésorerie confortable (13 milliards de DH) lui permettant de financer ses investissements, et ayant enregistré une forte progression de ses principaux agrégats en 2007, grâce à la poursuite de la croissance des activités mobile et ADSL et à la bonne maîtrise de l’évolution de charges, Maroc Telecom a souhaité poursuivre sa politique de distribution massive des bénéfices afin de maintenir son statut de valeur de rendement.

En deuxième lieu figure la filiale commune à la SNI et au groupe Arcelor Mittal : Sonasid. Cette dernière a décidé de servir un dividende ordinaire de 279 DH par action et un autre, exceptionnel, de 155 DH. Ce qui aboutit à une distribution globale de 434 DH par action, soit un montant de 1,7 milliard de DH représentant 9,13% de la somme qui sera distribuée par l’ensemble des sociétés cotées. Notons que Sonasid compte verser du cash à ses actionnaires malgré ses besoins pressants d’investissement en terme de capacité de production. Les ventes du sidérurgiste n’ont en effet progressé que de 4% en 2007, à un million de tonnes, soit sa capacité globale de production, alors que celles du marché national de l’acier ont augmenté de 12%.

Attijariwafa bank occupe pour sa part la troisième place, avec un dividende de 964 MDH (soit 50 DH par action), en hausse de 11% par rapport à celui distribué au titre de 2006. Sa distribution représente 5,20% du dividende global de la cote.

La banque est suivie par Lafarge Ciments et le groupe Ona qui distribueront des montants respectifs de 873 et 611 MDH au titre de 2007. La rémunération en hausse des actionnaires de la cimenterie par rapport à 2006 (dividende ordinaire de 619 MDH) résulte de la hausse de son résultat net (+40%) suite à l’augmentation de 14,1% de ses ventes de ciment en 2006 (contre 12,6% seulement pour le marché national) et à la réduction des coûts opératoires. Pour ce qui est de l’Ona, il distribuera un dividende de 35 DH par action, en hausse de 17% par rapport à 2006, en raison de l’envolée de ses bénéfices suite à la forte croissance enregistrée par ses filiales agroalimentaires et de distribution, ainsi qu’à la bonne performance enregistrée par Attijariwafa bank.

10 sociétés affichent un taux de rendement supérieur à 6%
Par secteur, outre les télécoms, qui représentent 43% des dividendes du marché, d’autres affichent également des participations significatives. En effet, celui du bâtiment et matériaux de construction pèse 17% des dividendes à servir avec un montant de 3,2 milliards de DH. Le secteur bancaire, pour sa part, représente 13% du montant global, soit 2,4 milliards de DH avec 5,2% pour Attijariwafa bank et 3% pour BMCE Bank. Les holdings et les sociétés du secteur agroalimentaire occupent respectivement la quatrième et la cinquième place avec des participations de 5,36% et 4,73% pour des montants de 993 MDH et 877 MDH. Ils sont suivis par l’immobilier (3% du montant global), l’énergie (2,40%) et le secteur des assurances (2,3%).

Cette croissance des dividendes à distribuer au titre de 2007 a permis aux taux de rendement (dividend yield, rapport entre le dividende et le cours boursier) des différentes sociétés cotées de s’améliorer par rapport à 2006. En effet, 28 d’entre elles ont enregistré des taux de rendement compris entre 2% et 4% par rapport au cours du 31 décembre 2007. 15 valeurs ont dépassé les 4%, 10 affichent des rendements supérieurs à 6% et deux, à savoir Sonasid et Rebab Company, ont même franchi le seuil de 12% (12,7% pour la première et 14,6 pour la seconde).

Les filiales de l’Ona affichent des taux de rendement parmi les plus élevés avec 9,36% pour Cosumar, 8,33% pour Agma Lahlou Tazi, 6,95% pour Centrale Laitière, 6,43% pour Lesieur Cristal, 6,13% pour Branoma et 5,08% pour Brasseries du Maroc. Les sociétés de financement sont également intéressantes en terme de rendement de dividende. La filiale du groupe BMCE, Maghrebail, vient en tête de liste du secteur avec un dividend yield de 7,03%, celle de la CDG, Maroc Leasing, se classe deuxième avec un taux de 3,95%, et la société de crédit à la consommation du groupe Société Générale, Eqdom, occupe la troisième place avec un rendement de 3,82%. Quant à Maroc Telecom, avec un cours de fin d’année de 146,5 DH, elle affiche un ratio de dividende de 6,28%.

Par ailleurs, certaines sociétés affichent des performances boursières intéressantes, alliant ainsi croissance et rendement. En effet, Sonasid, dont le taux de rendement est le plus élevé de la place, a enregistré une progression de près de 40% en 2007 avec un cours qui a atteint en fin d’année 2 980 DH. La société a continué sur sa lancée en 2008 avec une performance annuelle au 7 avril de 44,3%. Maroc Telecom n’est pas en reste avec un cours qui a pris 13,10% en 2007 et plus de 36% entre le 1er janvier et le 7 avril. Quant à Afriquia Gaz, dont le rendement de dividende se situe à 5,41%, son cours boursier a gagné 30,6% en 2007 et plus 32% depuis le début de l’année 2008.