12 000 obligations Méditel en vente du 19 au 21 janvier

Le deuxième opérateur télécoms marocain, Meditelecom, recourt pour la première fois au marché obligataire. Le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) vient en effet de viser une note d’information relative à l’émission par la société d’un emprunt de 1,2 milliard de DH. 12000 obligations, cotées et non cotées, seront créées et mises en vente du 19 au 21 janvier à destination des investisseurs marocains qualifiés (banques, compagnies d’assurance, caisses de retraite, OPCVM…). Les titres, d’une maturité de 7 ans, seront assortis, au choix des investisseurs, soit d’un taux fixe, soit d’un taux révisable. Le taux fixe sera compris entre 4,87% et 5,37%, offrant ainsi une prime de risque de 90 à 140 points de base. Le taux révisable sera quant à lui fixé entre 4,34% et 4,84%, offrant de ce fait une prime comprise entre 80 et 130 points de base. L’objectif principal de cette opération est d’assurer une partie du financement externe des investissements prévus par Meditelecom au titre de 2011, dont notamment le renforcement de la couverture et de la qualité du réseau. Notons que l’opérateur dispose d’un programme d’investissement estimé à 4,7 milliards de DH pour la période 2010-2014. Par ailleurs, l’emprunt va également servir au remboursement partiel des prêts actionnaires et à diversifier les sources de financement afin de profiter d’un levier supplémentaire d’endettement à un coût optimisé.
 
Taslif vient d’émettre un profit warning concernant ses résultats de l’année 2010. La société estime, sur la base des comptes semestriels consolidés et des réalisations à fin 2010, que le résultat initialement prévu ne sera pas atteint. Taslif va donc soumettre au prochain conseil d’administration des comptes comportant une dotation nette aux provisions pour créances en souffrance plus importantes que prévu. Cette situation est née essentiellement, affirme la société, de l’affaire d’escroquerie qu’a connue sa filiale Salaf en mars 2010. Notons que la justice a rendu son verdict en octobre dernier dans cette affaire, en première instance, en faveur de Salaf. En tout cas, en se conformant aux règles de provisionnement de Bank Al-Maghrib, et en attendant le jugement définitif, le résultat net de Taslif à fin 2010 serait déficitaire.

BMCE Capital vient de publier son portefeuille recommandé pour l’année 2011. La structure globale du portefeuille est restée stable par rapport à 2010 (85% des valeurs ont été reconduites). Au total, 26 valeurs ont été retenues cette année contre 21 en 2010. Quatre nouvelles entrées ont été opérées, à savoir Label’Vie, Nexans, IB Maroc et Microdata, tandis que trois sorties ont eu lieu. Il s’agit des valeurs CGI, Alliances et Sonasid. Le secteur des matériaux de construction est celui qui pèse le plus dans le portefeuille, avec une pondération de 19,5%, dont 7,5% pour Lafarge, 5% pour Holcim et autant pour Cimar, et 2,5% pour Aluminium du Maroc. Il est suivi par le secteur bancaire, représenté par Attijariwafa bank (5%) et la BCP (8%). Les télécoms et l’immobilier viennent en troisième position, avec une pondération de 10% octroyée à Maroc Telecom et Addoha. Dans les autres secteurs, on retrouve notamment Wafa Assurance et Cnia Saâda dans les assurances, avec un poids de 3,5% chacune, Cosumar dans l’agroalimentaire (4%), Auto Hall (3,5%) et Ennakl (2%) dans l’automobile, et enfin CMT (2%) et Samir (3,5%) dans le segment du pétrole et mines.