Suspension des enseignants en médecine, le syndicat réagit

Suite à une décision du ministre Said Amzazi de suspendre trois enseignants, le mardi 11 juin, la section de Marrakech du syndicat national de l’enseignement supérieur a décidé de boycotter toutes les activités pédagogiques, jusqu’à ce que le ministre revienne sur sa décision.

La crise entre les étudiants en médecine générale, de la pharmacie et du médecine dentaire et le ministère de la santé ainsi que celui de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, s’aggrave. Elle prend en effet une autre dimension suite à la suspension de trois enseignants.

Datées du 11 juin, trois décisions, comportant les mêmes termes, attribuées au ministre et portent sur la suspension de trois professeurs : Said Amal, enseignant à la faculté de médecine de Marrakech, Ahmed Belhouss de la faculté de médecine de Casablanca et Ismail Ramouz de la faculté de médecine d’Agadir.

Motif ? “Manquement aux obligations professionnelles”. Dans une déclaration à nos confrères de TelQuel.ma, le ministre s’’est expliqué : “c’est en lien avec le sujet des étudiants boycotteurs. Ils sont accusés d’avoir poussé d’autres professeurs à ne pas assurer l’encadrement des examens et d’avoir coordonné l’action des étudiants.

Outre la suspension, ils ne recevront pas leurs salaires. Ils garderont cependant les allocations familiales et, dans un délai de trois mois, ils seront traduits devant un conseil de discipline pour décider de leurs sorts, selon l’article 73 du règlement général de la fonction publique.

Le SNEsup hausse le ton

La réaction des confrères ne s’est pas fait attendre. Mais jusqu’à présent, seule la section de Marrakech du syndicat national de l’enseignement supérieur (SNEsup) a réagi, ce mercredi 12 juin, en se solidarisant avec Said Amal, enseignant à la faculté de médecine de Marrakech, relevant de l’université Cadi Ayyad.

“Les enseignants de la faculté de médecine de Marrakech sont surpris par la décision injuste de suspendre Said Amal”, lit-on dans le communiqué du syndicat. Et d’ajouter que “tous témoignent que Said Amal a œuvré pour rapprocher les points de vue en vue de trouver une issue à la crise (le boycott des cours et des examens, NDLR)”.

A cet effet, ils ont décidé de lancer un appel au ministre, Said Amzazi, de “revenir immédiatement” sur la décision qui vise le professeur en question. En précisant que d’ici là, ils vont “boycotter toutes les activités pédagogiques et administratives au sein de la faculté de médecine de Marrakech, à savoir les examens des étudiants, les examens de spécialisation et la discussion des thèses, etc.”, peut-on lire dans le communiqué.

Ils ont également appelé le doyen de la faculté de tenir une réunion d’urgence aussi bien du conseil de la faculté que du comité scientifique. Ils se disent disposés à user de “tous les moyens” pour “rétablir l’honneur” de Said Amal.

Lire aussi: Situation des étudiants en médecine : les clés pour comprendre