Propreté : ce qu’il faut savoir sur les nouveaux contrats de la gestion déléguée à Casablanca

Ce mardi 25 juin, au siège de la Wilaya de Casablanca-Settat, les nouveaux contrats de gestion délégué du service de la propreté urbaine et des déchets ménagers et assimilés ont été lancés avec comme règle: une obligation de résultat. L’essentiel à retenir.

La commune de Casablanca a lancé, ce mardi 25 juin, les nouveaux contrats de gestion déléguée des services de la propreté, signés avec : Derichebourg et Averda, en la présence de plusieurs hauts responsables dont Said Ahmidouch, wali de la région. Ce dernier a pris la parole pour souligner les grandes lignes de ce qui va changer dans la capitale économique en matière de la propreté. Il a mis en avant le fait que l’élaboration des nouveaux contrats s’est basée sur les enseignements tirés des anciennes expériences avec les sociétés privées, pour “éviter les erreurs” du passé. Selon le Wali de la région, les contrats de gestion déléguée qui démarreront au plus tard début juillet  auront pour objectif : “d’obtenir des résultats concrets”.

Parmi les nouveaux points que Said Ahmidouch a souligné : “la collecte des déchets se fera pendant la nuit, pour faciliter le déplacement des camions”. De même qu’il a évoqué les engagements des sociétés de gestion déléguée et ceux de la SDL Casa Baia (environnement) “dont le rôle est fondamental (…) pour “éviter les erreurs du passé” a-t-il insisté.

Pour sa part, le président du conseil communal, Abdelaziz El Omari, est revenu sur “l’échec du contrat de gestion déléguée, qui avait été signé en 2014 dont les objectifs n’ont pas été atteints”.

En rappelant que le budget est validé, il a exhorté les Casaouis à se mobiliser pour participer à la propreté de la ville. 

Voici un tableau récapitulatif :

Descriptions des prestations objets des contrats

“La collecte et l’évacuation portera sur les déchets ménagers et assimilés, les déchets verts ainsi que leur transport et déchargement avec les déchets de nettoiement, à la décharge publique”, lit-on dans la présentation du DG de Casa Baiaa, Youssef Chakour. Les prestations impliquent également le lavage et brossage des conteneurs et de leurs emplacements; la fourniture, l’installation, la maintenance, et l’identification des conteneurs, aériens et enterrés ; l’aménagement, l’entretien, le nettoiement et le lavage des points de regroupement; l’initiation, le développement et l’instauration d’une filière dédiée au tri sélectif. 

Sont aussi concernés le nettoiement des artères et des places publiques (chaussées, trottoirs, places, caniveaux, mobilier urbain, etc.); la fourniture, l’installation, la localisation, la maintenance, l’identification et le vidage des corbeilles publiques; le brossage et balayage manuel et mécanique; les actions spécifiques de nettoiement lors d’événements culturels, religieux, sportifs ou accidentels. 

Dans la rubrique des prestations connexes  on trouve l’installation, la mise en service et la maintenance des différents capteurs des chariots de balayage, des véhicules de collecte et de nettoiement, y compris les récepteurs GPS. 

D’autres prestations d’ordre technologique sont également mentionnées dans les cahiers des charges : la remise d’une base de données géolocalisées relative au parc de conteneurs et de puces installées, la transmission des données dans les délais et selon des protocoles prévus; l’encadrement et la formation du personnel, son suivi sanitaire, la fourniture d’équipements de protection individuelle (EPI) ; la maintenance et la gestion des biens de retour ; l’obtention de la certification ISO 9001 pour l’ensemble des prestations déléguées ; l’établissement du Plan Qualité Maintenance (PQM) comprenant l’instauration du logiciel de Gestion de la maintenance assistée par ordinateur (GMAO). 

Cette fois-ci sera-t-elle la bonne? Les Casablancais préfèrent y croire.