Mustapha Benhamza : Subvenir aux besoins des parents n’est pas une faveur, mais un devoir religieux

Mustapha Benhamza, Président du Conseil des ouléma d’Oujda.

C’est un devoir religieux et non pas une faveur, que de subvenir aux besoins des parents lorsqu’ils sont dans le besoin. Les enfants doivent être éduqués sur ce principe d’aider financièrement et moralement leurs parents quand ils ont les moyens de le faire. Dès l’enfance, on doit leur inculquer ce principe religieux. C’est une reconnaissance d’une dette vis-à-vis des parents qui les ont mis au monde, qui les ont élevés et qui ont assuré leur éducation. Plus que cela, si un père perd sa femme et n’a pas les moyens pour se remarier, il est du devoir des enfants de l’aider à recommencer une nouvelle vie.

Mais cette pension alimentaire doit être quand même supportable pour les enfants, car certains parents dépassent les limites et usent de leur position parentale en demandant des dépenses hors de la portée de leurs enfants. Certains, après avoir épuisé tous les moyens, recourent certes en dernier ressort au tribunal pour faire valoir leur droit à la pension alimentaire, et dans ce domaine la loi (le code de la famille) est précise et claire, mais il est de l’intérêt de tout le monde que cette question soit réglée à l’amiable, car notre religion s’attache aux valeurs sacrées de la famille et prône la solidarité et l’entraide. Exiger la pension alimentaire en passant par le tribunal est une reconnaissance de l’échec qui met à mal les liens de solidarité, d’amour et qui doivent être la règle dans les relations parents-enfants n